X

Juanita HANSEN (1895 / 1961)

Juanita Hansen

icone

Juanita Hansen (née à Des Moines, Etats-Unis) débute à l’écran en 1914.
 On remarque vite cette ravissante blonde qui ne tarde pas à devenir une jeune vedette prometteuse.
 Elle est alors l’interprète de, entre autres, «The Mediator» (1916), «Glory» (1917), «The Rough Lover» (1918), «The Sea Flower» (1918), «The Poppy Girl’s Husband» (1919), «Rough-Riding Romance» (1919), «Devil McCare» (1919),…

Elle travaille aussi en 1916 et 1917 pour Mack Sennett dans plusieurs comédies, parmi lesquelles «His Pride and Shame» (1916), «Black Eyes and Blue» (1916), «A Clever Dummy» (1917), «A Royal Rogue» (1917),…

Elle est en outre l’héroïne des serials «The Secret of the Submarine» (1915), «The Brass Bullet» (1918), «The Lost City» (1920) et «The Phantom Foe» (1920).
 Après un cinquième film à épisodes, «The Yellow Arm» (1921), la Pathé, chez qui elle est alors sous contrat, se sépare de l’actrice, tombée sous l’emprise de la drogue.

Après quelques derniers rôles, l’actrice disparaît de l’univers cinématographique en 1923.
 Ayant réussi à se désintoxiquer, on la revoit sur scène à Broadway en 1928 mais, poursuivie par la malchance, elle est grièvement brûlée par de l’eau bouillante dans une chambre d’hôtel. Traitée à la morphine, elle replonge malheureusement dans l’enfer des stupéfiants.

Quelques années plus tard, on la retrouve, apparemment guérie, dans un second rôle de «Sensation Hunters» (1933), une série B produite par la Monogram, qui clôt sa filmographie.

Le reste de l’existence de Juanita Hansen est notamment marqué par la création d’une fondation à son nom faisant campagne contre les dangers de la drogue, par une tentative de suicide en 1941 et par plusieurs années passées comme employée d’une compagnie de chemins de fer.

Marlène Pilaete