X

Helen HOLMES (1892 ? 1893 ? / 1950)

Helen Holmes

icone

Helen Holmes (née à Chicago ou à South Bend ou à Louisville, Etats-Unis) débute à l’écran à la Keystone en 1912.
 L’année suivante, elle devient une des vedettes de la Kalem, pour qui elle tourne, entre autres, «The Treachery of a Scar» (1913), «The Flying Switch» (1913), «The Stolen Tapestries» (1913), «A Demand for Justice» (1913), «Playing for a Fortune» (1914), «A Million in Jewels» (1914), «The Nurse and the Counterfeiter» (1914), «The Delayed Special» (1914), «The Operator at Black Rock» (1914), «The Identification» (1914), «The Rival Railroad’s Plot» (1914), «The Demon of the Rail» (1914),…
 Certaines de ses aventures se déroulent dans l’univers des chemins de fer, un cadre que l’on retrouvera à plusieurs reprises durant le reste de sa carrière d’étoile.

Sa firme a bientôt l’idée d’en faire en 1914 la star du serial «The Hazards of Helen», qui remporte un immense succès et fait grimper sa cote.
 Après avoir tourné une quarantaine d’épisodes, Helen Holmes abandonne son rôle, repris alors par Helen Gibson, et quitte la Kalem en 1915.

Durant les quelques années qui suivent, elle apparaît dans, notamment, «A Desperate Leap» (1915), «Whispering Smith» (1916), «Judith of the Cumberlands» (1916),…
Elle est en outre l’héroïne de six autres serials : «The Girl and the Game» (1915), «Lass of the Lumberland» (1916), «The Railroad Raiders» (1917), «The Lost Express» (1917), «The Fatal Fortune» (1919) et «The Tiger Band» (1920).

Au cours des années 20, sa carrière décline peu à peu.
 Elle conserve la tête d’affiche dans un certain nombre de films, souvent produits par des compagnies de second plan, mais on la voit aussi de temps à autre dans des rôles plus secondaires.
 En 1926, l’actrice se marie pour la deuxième fois et abandonne le cinéma.
 De 1937 à 1943, elle refait néanmoins quelques apparitions dans une poignée de productions.

Durant sa vie bien remplie, Helen Holmes touche aussi au dressage d’animaux pour le Septième Art et au commerce d’antiquités.

Marlène Pilaete