X

Eileen SEDGWICK (1898 / 1991)

Eileen Sedgwick

icone

Eileen Sedgwick (née à Galveston, Etats-Unis) débute à l’écran au milieu des années 10 et devient bientôt une jeune vedette prometteuse.
 Elle est l’interprète de, entre autres, «Man and Beast» (1917), «Jungle Treachery» (1917), «Oh ! Man !» (1918), «The Human Tiger» (1918), «Love’s Battle» (1920), «Wolf Pack» (1922), «Scarred Hands» (1923), «Girl of the West» (1925), «Beyond All Odds» (1926), «When Danger Calls» (1927),…

Lorsque Molly Malone, victime d’une crise d’appendicite, doit abandonner, après cinq épisodes, le tournage du serial «Lure of the Circus» (1918), Eileen Sedgwick prend la relève pour les treize chapitres restants et y remporte un grand succès.

Dès lors, elle devient une des grandes spécialistes du ciné-roman, comme en témoignent les aventures qu’elle vit par la suite dans «The Great Radium Mystery» (1919), «The Diamond Queen» (1921), «Terror Trail» (1921), «Beasts of Paradise» (1923), «In the Days of Daniel Boone» (1923), «The Riddle Rider» (1924), «The Fighting Ranger» (1925), «Strings of Steel» (1926), «The Winking Idol» (1926) et «The Spider’s Net» (1927).

En 1928, elle apparaît dans quelques films sous le pseudonyme de Greta Yoltz, espérant sans doute ainsi donner une orientation et une impulsion nouvelles à sa carrière.
 Néanmoins, elle retrouve son nom habituel pour son ultime serial, «The Vanishing West» (1928).

En 1929, elle se marie et délaisse le métier de comédienne.

Marlène Pilaete