X

Tilda THAMAR (1917 / 1989)

Tilda Thamar

icone

Tilda Thamar (née à Urdinarrain, Argentine) débute à l’écran en 1936 et gravit petit à petit les échelons de la renommée.
 Elle devient une vedette dans la seconde moitié des années 40 et est alors l’interprète de, notamment, «Un modelo de Paris» (1946), «Adan y la serpiente» (1946) ou encore «Novio, marido y amante» (1948).

L’étape suivante de sa carrière se passe en France, où cette spectaculaire blonde aux généreux appas prend directement sa place parmi les stars de l’Hexagone.
 Surnommée «la bombe argentine», elle agrémente de sa présence durant une dizaine d’années des films comme, entre autres, «L’ange rouge» (1948), «Ronde de nuit» (1948), «Amour et compagnie» (1949), «Sérénade au bourreau» (1950), «La femme à l’orchidée» (1951), «Massacre en dentelles» (1952), «La caraque blonde» (1952), «Monsieur Scrupule gangster» (1953), «Paris canaille» (1955), «Le chanteur de Mexico» (1956), «Une nuit au Moulin-Rouge» (1957), «Chéri fais-moi peur» (1958),…

Elle tourne en outre «Muss man sich gleich scheiden» (1953) en Allemagne et se retrouve en Angleterre pour «The Master Plan» (1955) et «Friends and Neighbours» (1959).

Elle n’oublie toutefois pas le marché hispanophone avec trois productions espagnoles : «El cerco del diablo» (1952), «Sor Angelica» (1954) et «Huyendo de si mismo» (1955).
 Elle retourne aussi en Argentine pour «La mujer desnuda» (1955), «El festin de Satanas» (1955) et «La dama del millon» (1956).

Après 1959, son activité cinématographique est très réduite et l’actrice se consacre alors beaucoup à la peinture.
 Au début des années 70, elle s’essaie à la réalisation avec «L’appel» (1972), dont elle tient un des rôles principaux et pour lequel elle assume également les fonctions de productrice et de scénariste.
 Sa filmographie s’achève avec «Les prédateurs de la nuit / Los depredadores de la noche» (1987), une co-production franco-espagnole mise en scène par Jesus Franco.

Elle meurt en 1989 dans un accident de voiture.

Marlène Pilaete