X

Paulette DUBOST (1910 / 2011)

Paulette Dubost

icone

Paulette Dubost (née à Paris, France) débute à l’écran en 1931.
 Le public prend rapidement en affection la jeune femme et, en 1933, on la retrouve dans les premières places des génériques de, par exemple, «Le fakir du Grand Hôtel» ou encore «Vive la compagnie».
 Sa carrière de vedette est définitivement lancée et elle tourne à vive allure, tenant aussi bien des rôles principaux que secondaires.

On se rappelle particulièrement d’elle en soubrette dans «La règle du jeu» (1939) de Jean Renoir.
 De son imposante filmographie, on peut également citer, entre autres, «L’auberge du Petit Dragon» (1934), «La caserne en folie» (1934), «Le comte Obligado» (1934), «Le roi des Champs-Elysées» (1934), qui lui donne l’occasion de côtoyer Buster Keaton, «Le bébé de l’escadron» (1935), «La rosière des halles» (1935), «La petite sauvage» (1935), «La brigade en jupons» (1936), «Titin de Martigues» (1937), «Hôtel du Nord» (1938), «Bécassine» (1938), dans lequel elle incarne la célèbre héroïne de bande dessinée, «Le paradis des voleurs» (1939), «Opéra-musette» (1941), «Adrien» (1943), «Farandole» (1944), «Au petit bonheur» (1945), «Ploum ploum tralala» (1946), «Blanc comme neige» (1947), «Le dolmen tragique» (1947), «Le bal des pompiers» (1948), «Tire au flanc» (1949), «Uniformes et grandes manœuvres» (1950), «Le chéri de sa concierge» (1951),…

A partir du début des années 50, on ne lui confie généralement plus de personnages de premier plan mais, forte de la sympathie dont elle jouit et de son talent, elle poursuit son parcours, encore émaillé de titres comme, notamment, «Lola Montes» (1955), «Maigret tend un piège» (1957), «Viva Maria» (1965), «Juliette et Juliette» (1973), «Tendre poulet» (1977), «Le dernier métro» (1980), «Milou en mai» (1989), «Le roi de Paris» (1993), «Augustin, roi du kung-fu» (1999),…

Mentionnons encore à l’actif de Paulette Dubost une riche carrière à la télévision et plusieurs incursions au théâtre.

Marlène Pilaete