X

Luise RAINER (1910 / 2014)

Luise Rainer

icone

Luise Rainer (née à Dusseldorf, Allemagne) fait ses premiers pas sur les planches en 1926 et, en quelques années, devient une actrice de théâtre en vue.
 Elle débute à l’écran en étant, aux côtés de Magda Schneider, une des protagonistes de la co-production germano-autrichienne «Sehnsucht 202» (1932).
 Dans son pays natal, elle tourne également le court-métrage «Madame hat Besuch» (1932) et tient le rôle féminin principal de «Heut’ kommt’s drauf an» (1933).

Engagée par la M.G.M., elle entame brillamment sa carrière cinématographique américaine avec «Escapade» (1935), remake de «Maskerade», dans lequel s’était distinguée Paula Wessely.
 La nouvelle star remporte ensuite coup sur coup deux Oscars de la meilleure actrice pour «The Great Ziegfeld» (1936) et «The Good Earth» (1937).

Elle est alors un atout de prestige pour sa compagnie mais, malheureusement, la suite de son parcours est plus chaotique.
 En effet, «The Emperor’s Candlesticks» (1937), «Big City» (1937) et «The Toy Wife» (1938) sont accueillis tièdement par le public. Seul «The Great Waltz» (1938) est un grand succès mais n’est pas suffisant pour renverser la vapeur.

Fatiguée et déçue, Luise Rainer, dont les relations avec Louis B Mayer ne sont pas au beau fixe, quitte Hollywood après «Dramatic School» (1938).
 Par après, on ne la revoit plus que deux fois au grand écran : dans le film Paramount «Hostages» (1943) et la co-production européenne «The Gambler» (1997).

La comédienne travaille aussi sporadiquement sur scène et à la télévision.

Marlène Pilaete