X

Maria DULCE (1936 / 2010)

Maria Dulce

icone

Maria Dulce (née à Lisbonne, Portugal) débute à l’écran dans un des rôles principaux de «Frei Luis de Sousa» (1950), adaptation cinématographique d’un célèbre classique du théâtre portugais.
 Elle incarne ensuite la jeune Jacinta, un des trois enfants prétendant avoir vu la vierge Marie, dans le film espagnol «La senora de Fatima» (1951).

C’est en Espagne qu’elle poursuit alors sa carrière de vedette avec «Sor Intrepida» (1952), «Un dia perdido» (1954), «Al fin solos» (1955), «Piedras vivas» (1956) et «… Y eligio en infierno» (1957).
 Elle en profite aussi pour faire ses premiers pas sur scène.

De retour dans son pays natal, elle tourne «O homem do Dia» (1958), «A luz vem do alto» (1959), «Encontro com a vida» (1960) et «O elixir do diabo» (1962).
 Par après, elle travaille beaucoup sur les planches, par exemple dans des revues comme, entre autres, «Ena tantas !» (1962), «As garotas sao o diabo» (1964), «Esta Lisboa que eu amo» (1966), «Empresta-me a tua piscina» (1975),…

Elle devient également célèbre à la télévision, qu’elle aborde avec le populaire feuilleton «A Lena e o Carlos» en 1960.
 Dans les années 90 et 2000, C’est dans ce domaine qu’elle se montre d’ailleurs la plus active.

On peut notamment citer les séries «Os andrades» (1994), «Vidas de sal» (1996-1997), «Os lobos» (1998), «Alves dos reis» (2000), «Anjo Selvagen» (2001-2003), «Baia das mulheres» (2004), «Dei-te quase tudo» (2005-2006),…

Marlène Pilaete