X

Jean SIMMONS (1929 / 2010)

Jean Simmons

icone

Jean Simmons (née à Crouch Hill, Grande-Bretagne) débute à l’écran en 1944.
 Sa création d’adolescente hautaine et cynique dans «Great Expectations» (1946) attire l’attention sur elle et elle obtient bientôt son premier rôle principal dans «Uncle Silas» (1947).
 C’est néanmoins «Hamlet» (1948), dans lequel elle incarne Ophélie, qui lui apporte la véritable consécration.

Devenue une star du cinéma anglais, elle est alors l’interprète de «The Blue Lagoon» (1949), «Adam and Evelyne» (1949), «So Long at the Fair» (1950), «Cage of Gold» (1950), «The Clouded Yellow» (1950) ainsi que d’un épisode du film à sketches «Trio» (1950).

Elle poursuit ensuite son parcours de vedette aux Etats-Unis avec, entre autres, «Angel Face» (1952), «Young Bess» (1953), «The Robe» (1953), «Desiree» (1954), «Guys and Dolls» (1955), «This Could Be the Night» (1957), «Home Before Dark» (1958), «Elmer Gantry» (1960), «Spartacus» (1960),…
 Elle retourne en outre dans son pays natal pour «Footsteps in the Fog» (1955) et «The Grass is Greener» (1960).

Dans les années 60, elle tourne moins et les productions dans lesquelles elle apparaît connaissent des fortunes diverses au box office.
 Sa carrière cinématographique décline peu à peu et ce mouvement s’accentue dans les années 70.

Elle se montre dès lors plus active à la télévision.
 Dans ce domaine, on se rappelle notamment d’elle dans les mini-séries «The Thorn Birds» (1983), qui lui permet de recevoir un Emmy Award, et «North and South» (1985-1986).

Elle revient néanmoins encore à quelques reprises au Septième Art, par exemple dans «The Dawning» (1988) ou encore «Shadows in the Sun» (2009).

Marlène Pilaete