X

Gisela TROWE (1922 / 2010)

Gisela Trowe

icone

Gisela Trowe (née à Dortmund, Allemagne) fait ses débuts au théâtre dans le début des années 40.
 Durant sa carrière sur scène, elle se fait notamment remarquer dans les pièces «Antigone» de Jean Anouilh, «Les parents terribles» de Jean Cocteau ou encore «Les bonnes» de Jean Genêt et travaille sous la direction de metteurs en scène aussi réputés que, par exemple, Bertolt Brecht et Gustav Gründgens.

L’actrice est également une vedette de cinéma et est surtout active dans ce domaine de 1948 à 1958.
 On peut alors la voir dans, entre autres, «Strassenbekanntschaft» (1948), «Grube Morgenrot» (1948), «Der Verlorene» (1951), « Unter den tausend Laternen » (1952), «Keine Angst vor grossen Tieren» (1953), «Damals in Paris» (1956), «Wo Du hingehst» (1957),…
 Par la suite, elle est très peu active au Septième Art.
 On peut néanmoins encore citer des titres comme «Eika Katappa» (1969), «Alles im Eimer» (1981), «Kalt ist der Abendhauch» (2000), «Liebe Mauer» (2009),…

C’est sans doute à la télévision, qu’elle aborde dans les années 50, que Gisela Trowe se montre la plus prolifique.
 Elle apparaît en effet dans un nombre impressionnant de téléfilms et de séries, parmi lesquels «Salto mortale», «Die Dreigroschenoper», «Sonderdezernat K1», « Unser Lehrer Doktor Specht», «Ein Bayer auf Rügen», «Die Bertinis», «Derrick», «Tatort», «Der Landarzt», «Der Millionenerbe», «Finanzbeamte küsst man nicht», «Mütter, Väter, Kinder»,…

Pour terminer, ajoutons qu’elle touche aussi, durant son parcours professionnel, aux univers du doublage et de la radio avec grand succès, particulièrement grâce à sa belle voix grave.

Marlène Pilaete