X

Dina GALLI (1877 / 1951)

Dina Galli

icone

Dina Galli (née à Florence, Italie) est considérée comme la plus célèbre actrice comique du théâtre italien de la première moitié du vingtième siècle.
 Parmi les oeuvres qu’elle interprète durant sa carrière, on peut citer, entre autres, «Loute» de Pierre Veber, «Scampolo» et «La maestrina» de Dario Niccodemi, «La présidente» de Pierre Veber et Maurice Hennequin, «Occupe-toi d’Amélie» et «La dame de chez Maxim’s» de Georges Feydeau, «L’amour veille» et «La belle aventure» de Gaston Arman de Caillavet et Robert de Flers, «La fleur des pois» d’Edouard Bourdet, «Vive l’empereur» de Sacha Guitry, «L’esprit s’amuse» de Noël Coward, «Arsenic et vieilles dentelles» de Joseph Kesselring,…

Pour le cinéma muet, elle figure en 1914 dans deux réalisations de Nino Oxilia : «L’ammiraglia» et «La monella».
 Elle y a pour partenaire Amerigo Guasti, artiste renommé lui aussi, avec qui elle est liée aussi bien professionnellement que dans la vie privée.
 Elle apparaît en outre, avec bon nombre d’autres comédiens célèbres, dans «Le nozze di Vittoria» (1917), un moyen-métrage financé par une banque afin de promouvoir un emprunt national destiné à soutenir l’effort de guerre.

Il faut attendre l’avènement du parlant pour la revoir au Septième Art dans «Nini Falpala» (1933).
 Elle est ensuite la star de «Felicita Colombo» (1937), tiré d’une comédie dans laquelle elle avait triomphé sur scène.
 Le succès est tel qu’elle reprend le rôle de Felicita dans son film suivant, «Nonna Felicita» (1938), lui aussi adapté d’une pièce qu’elle avait joué sur les planches.

Sûre de ne jamais passer inaperçue, elle apparaît encore à l’écran à plusieurs reprises dans, notamment, «Frenesia» (1939), «La zia smemorata» (1941), «Il birichino di papa» (1942), «Lo sbaglio di essere vivo» (1945), «Sambo» (1950),…

Marlène Pilaete