X

Emma GRAMATICA (1874 / 1965)

Emma Gramatica

icone

Emma Gramatica (née à Borgo San Donnino, Italie) suit les traces de sa sœur Irma et se lance aussi sur scène.
 En 1899, on la remarque particulièrement dans le rôle de Sirenetta, aux côtés d’Eleonara Duse, dans «La Gioconda» de D’Annunzio.

Au début du vingtième siècle, elle devient une étoile du théâtre italien et, durant sa longue carrière, elle joue des oeuvres de, entre autres, Ibsen, John Millington Synge, Hauptmann, Rostand, Victorien Sardou, Bataille, Goldoni, Lodovici, Pirandello, dont elle crée «Ma non è una cosa seria» en 1918, Barrie, Salvatore Gotta,…
 Elle est également connue pour avoir aidé à populariser les pièces de G.B. Shaw en Italie.

La grande actrice part aussi en tournée à l’étranger, notamment en Espagne, en Allemagne ou encore en Argentine.

Pour le cinéma muet, elle est la vedette en 1916 de «Quando il canto si spegne».
 Par la suite, elle tourne encore, de 1932 à 1962, une vingtaine de productions dans son pays natal, parfois en tête d’affiche.
 Parmi ses prestations les plus marquantes, on peut relever «La vecchia signora» (1932), «La damigella di Bard» (1936), «Jeanne Doré» (1938), «Mamma» (1941), «Sissignora» (1942), «Sorelle Materassi» (1943), «Miracolo a Milano» (1951), «I giorni piu belli» (1956),…

Pour les amateurs de la série des «Don Camillo», rappelons qu’elle incarne la vieille dame venant se recueillir devant la chapelle menacée de destruction par Peppone dans «Don Camillo Monseigneur» (1961).
 Elle fait en outre deux incursions dans le cinéma argentin avec «Pobre mi madre querida» (1948) et «Mi vida por la tuya» (1951).

Durant son parcours professionnel, elle aborde aussi les univers de la radio et de la télévision.

Marlène Pilaete