X

Irma GRAMATICA (1867 / 1962)

Irma Gramatica

icone

Irma Gramatica (née à Fiume, Autriche-Hongrie, aujourd’hui Rijeka, Croatie) débute très jeune sur les planches et, à la fin du dix-neuvième siècle, est déjà considérée comme une des plus célèbres actrices du théâtre italien, notamment grâce à sa prestation en 1895 dans «Thérèse Raquin» de Zola.
 Un de ses principaux titres de gloire est d’avoir créé en 1904 le rôle de Mila Di Codro, prévu à l’origine pour la mythique Eleonora Duse, dans «La figlia di Iorio» de D’Annunzio.
 Elle est également la première à jouer «Come le foglie» de Giuseppe Giacosa en 1900, «Sperduti nel buio» de Roberto Bracco en 1901 ou encore «Se non è cosi/La ragione degli altri» de Pirandello en 1915.

Elle a bien sûr à son actif des pièces de nombreux autres auteurs, parmi lesquels Ibsen, Bataille, Praga, Niccodemi, Schiller, Hauptmann, Südermann, Pinero,…
 Elle se retire de la scène en 1938, après avoir incarné Lady Macbeth dans la tragédie de Shakespeare.

Le cinéma muet lui offre la vedette de «Sacrificio sublime/Suicido sublime» (1915). Selon certaines sources, elle figure aussi dans le court-métrage «Un avviso in quarta pagina» (1916).

Il faut attendre ensuite une vingtaine d’années pour qu’elle reparaisse à l’écran.
 Elle est alors l’interprète de dix films de 1935 à 1951, parmi lesquels «Sissignora» (1942) et «Sorelle Materassi» (1943), qui lui donnent l‘occasion de former un duo efficace avec sa sœur, Emma.

On se rappelle aussi d’elle en belle-mère perfide dans «Il fu Mattia Pascal» (1937).

Marlène Pilaete