X

Anna PROCLEMER (1923 / 2013)

Anna Proclemer

icone

Anna Proclemer (née à Trento, Italie) débute sur scène en 1941 et connaît son premier succès l’année suivante grâce à la pièce «Minnie la candida» de Massimo Bontempelli.
 Comédienne éclectique, elle met à son répertoire des auteurs comme, entre autres, Sophocle, Euripide, Shakespeare, de Musset, Tchekhov, O’Neill, D’Annunzio, Strindberg, Ibsen, Shaw, Pirandello, Odets, Giraudoux, Sartre, Genet, Barillet et Grédy, Beckett,…
 Elle brille aussi dans des récitals de poésie.

L’actif cinématographique de cette star de théâtre renommée se limite à dix titres.
 C’est d’abord la firme Lux qui décide de la lancer comme vedette avec «Giorno di nozze» (1942) et «Il birichino di papa» (1943), dans lesquels elle ne trouve pas l’occasion de briller particulièrement.
 On peut noter que, dans ces deux premiers essais, elle est rebaptisée Anna Vivaldi, le nom "Proclemer" étant considéré comme ayant des consonances trop étrangères.

Elle est par contre excellente dans son troisième film, «Malia» (1946), dont elle partage la tête d’affiche féminine avec Maria Denis.
 Mais le Septième Art n’est pas la priorité d’Anna Proclemer qui ne tient plus par la suite que des rôles secondaires dans «Viaggio in Italia» (1953), «Paranoia» (1970), «Il fidanzamento» (1975), «Nina» (1976), «Cadaveri eccelenti» (1976), «Il marito in collegio» (1978) et «No problem» (2008).

Elle travaille en revanche d’avantage pour la télévision, par exemple pour «L’idiot», d’après Dostoïevski, en 1959, ou encore «George Sand» en 1981.

Marlène Pilaete