X

Giuditta RISSONE (1895 / 1977)

Giuditta Rissone

icone

Giuditta Rissone (née à Gênes, Italie) se fait connaître sur scène au cours des années 20 et, à la fin de la décennie, gagne ses galons de vedette, principalement dans le domaine de la comédie.
 Parmi les pièces qu’elle interprète durant sa carrière, on peut citer, entre autres, «O di uno o di nessuno» et «Ma non e una cosa seria» de Pirandello, «Teddy and Partner» d’Yvan Noé, « Questi ragazzi » de Gherardo Gherardi, «Il paese delle vacanze» d’Ugo Betti ou encore «Due dozzine di rose scarlatte» d’Aldo De Benedetti.

Elle figure en outre parmi les protagonistes des trois premiers spectacles mettant en scène le populaire personnage de Bonaventura, tiré d’une bande dessinée créée en 1917 par Sergio Tofano : «Qui comincia la sventura del Signor Bonaventura» en 1927, «La regina in berlina» en 1928 et «Una losca congiura» en 1929.

Elle fait ses derniers pas sur les planches en jouant «Jours sans fin» d’Eugene O’Neill en 1946 et «Con loro» de Zorzi en 1947.

Cette brillante actrice débute assez tard à l’écran, à presque quarante ans.
 Elle y est alors, contrairement au théâtre, davantage considérée comme un second rôle que comme une véritable tête d’affiche.
 De 1933 à 1943, son activité cinématographique est régulière et on peut la voir dans, notamment, «Un cattivo soggetto» (1933), «Amo te sola» (1935), «Lohengrin» (1936), «Questi ragazzi» (1937), «Ai vostri ordini, signora» (1939), «Ore 9 lezione di chimica» (1941), «Stasera niente di nuovo» (1942), «Quatro passi fra le nuvole» (1942),…

Dès la seconde moitié des années 40, elle tourne beaucoup moins mais on peut malgré tout citer «8 ½» (1963) de Fellini, dans lequel elle incarne la mère de Marcello Mastroianni.

Pour terminer, mentionnons bien sûr Vittorio de Sica, dont le nom est fréquemment accolé à celui de Giuditta Rissone, aussi bien dans la vie professionnelle que dans la vie privée.
Les deux comédiens se marient en 1937 et une fille naît de cette union l’année suivante.
 Leur divorce est prononcé au Mexique en 1954, de Sica étant tombé amoureux de Maria Mercader au début des années 40.

Marlène Pilaete