X

Valeria FABRIZI (1938)

Valeria Fabrizi

icone

Valeria Fabrizi (née à Vérone, Italie) débute à l’écran au milieu des années 50.
 En 1957, elle représente son pays à l’élection de Miss Univers et atteint le stade de la demi-finale, sans toutefois réussir à accéder au rang suivant.
 Elle se classe néanmoins à la deuxième place lorsqu’il s’agit de décerner le titre de Miss Photogénie.

Tout cela aide sans nul doute sa carrière de vedette de cinéma à décoller.
 De la fin des années 50 jusqu’au début des années 70, elle est l’interprète de, entre autres, «Un canto nel deserto» (1959), «Caccia al marito» (1960), «Bellezze sulla spiaggia» (1961), «Vacanze alla baia d’argento» (1961), «Le massaggiatrici» (1962), «Le sette vipere» (1964), «Johnny Oro» (1966), «Soldati e capelloni» (1967), «I due magnifici fresconi» (1969), «I quattro pistoleri di Santa Trinita» (1971),…

Elle est également la partenaire d'Henri Salvador dans la co-production franco-italienne «Il segugio/Accroche-toi, y’a du vent !» (1961), tentative ratée de faire du populaire chanteur une star de cinéma.

A partir de 1972, elle tourne de manière plus sporadique et est d’avantage utilisée dans des seconds rôles. Elle aborde notamment la comédie érotique en figurant par exemple au générique de «Grazie… nonna» (1975), dont la tête d’affiche est Edwige Fenech, une spécialiste du genre.
 Dans le même état d’esprit, on note d’ailleurs qu’elle pose dévoilée pour l’édition italienne du magazine Playboy de décembre 1976.

Pour terminer, ajoutons que, durant son parcours professionnel, Valeria Fabrizi se fait également apprécier sur scène et à la télévision.

Marlène Pilaete