X

Mary GLYNNE (1895 / 1954)

Mary Glynne

icone

Mary Glynne (née à Penarth, Grande-Bretagne) fait ses premiers pas sur les planches en 1908 à Manchester et se produit pour la première fois à Londres l’année suivante.
 Durant la saison 1912-1913, elle est notamment très appréciée dans le rôle de Wendy dans une reprise de «Peter Pan» au «Duke of Yorks Theatre», où la pièce avait d’ailleurs été créée en 1904.
 Elle a l’occasion d’y côtoyer Pauline Chase, une des plus célèbres interprètes du jeune héros.

Vedette de la scène anglaise, elle travaille dans son pays natal et à l’étranger, notamment en Afrique du Sud et aux Etats-Unis, où elle joue, entre autres, «A Pair of Silk Stockings» à Broadway d’octobre 1914 à mai 1915.

Elle est outre une vedette du cinéma muet anglais de 1919 à 1921 avec des titres comme «His Last Defence» (1919), «The Hundredth Chance» (1920), «The White Hen» (1921), «Candytuft, I Mean Veronica» (1921),…

Elle tourne aussi «The Call of Youth» (1920), «Appearances» (1921), «The Mystery Road» (1921), «The Princess of New York» (1921), «Dangerous Lies» (1921) et «The Bonnie Brier Bush» (1921), six films produits par la branche anglaise de la célèbre firme américaine «Famous Players-Lasky», ce qui leur permet d’être également distribués aux U.S.A.

De 1931 à 1937, elle apparaît encore à l’écran à onze reprises.
 On peut ainsi la voir dans, par exemple, «Inquest» (1931), «The Lost Chord» (1932), «Flat Number Three» (1934), «Scrooge» (1935), «Grand Finale» (1936) ou encore «The Heirloom Mystery» (1937).

Pour la petite histoire, ajoutons que, selon certaines sources, elle figurerait dans l’arbre généalogique de Kate Middleton, épouse du prince William d’Angleterre mais le degré de parenté semble très éloigné.

Marlène Pilaete