X

Eva MOORE (1870 / 1955)

Eva Moore

icone

Eva Moore (née à Brighton, Grande-Bretagne) débute sur les planches en 1887.
 En quelques années, elle gagne les faveurs du public et devient un des grands noms du théâtre anglais.
 Un de ses plus grands succès demeure la comédie «Eliza Comes to Stay», qu’elle crée à Londres en 1913 et qu’elle jouera aussi à l’étranger, notamment à Broadway en 1914.

Parallèlement à son métier de comédienne, elle soutient activement le mouvement prônant le vote pour les femmes.

Elle débute à l’écran en partageant la vedette avec son mari, H.V. Esmond, de «The Law Divine» (1920) et figure ensuite au générique de cinq autres films muets.

C’est durant la première décennie du cinéma parlant que sa filmographie est la plus fournie.
 De 1931 à 1938, elle est alors l’interprète d’une quinzaine de films, généralement dans des seconds rôles. On la voit alors dans, entre autres, «The Other Woman» (1931), «Just Smith» (1933), «Little Stranger» (1934), «Blind Justice» (1934), «Vintage Wine» (1935), «Old Iron» (1938),…
 On peut aussi citer «Parisienne Life» (1936), la version anglophone de «La vie parisienne», dans lequel elle incarne le personnage joué par Marcelle Praince dans la version française, ou encore les productions hollywoodiennes «But the Flesh Is Weak» (1932) et «The Old Dark House» (1932).

Elle termine sa carrière cinématographique dans la seconde moitié des années 40 en tournant aux U.S.A. «Scotland Yard Investigation» (1945), «The Bandit of Sherwood Forest» (1946) et «Of Human Bondage» (1946) et en apparaissant dans «A Son Is Born» (1946), réalisé en Australie.

Marlène Pilaete