X

Bianca STAGNO-BELLINCIONI (1888 / 1980)

Bianca Stagno Bellincioni

icone

Fille des célèbres chanteurs d’opéra italiens Roberto Stagno et Gemma Bellincioni, Bianca Stagno Bellincioni (née à Budapest, Hongrie) suit d’abord les traces de ses parents et devient cantatrice.
 En 1916, elle se lance dans le Septième Art et prend immédiatement sa place parmi les stars du cinéma italien de l’époque.

Elle est notamment la vedette de «Il malefico anello» (1916), «Il biricchino di Parigi» (1916), «Lilly Pussy» (1917), «La donna che non ebbe cuore» (1917), «Il ferro» (1918), «Lolita» (1918), «I due zoccoletti» (1919), «Il gorgo fascinatore» (1919), «Piero e Teresa» (1920), «Tatiana, la danzatrice polacca» (1921), «Liana spezzata» (1922), «La principessa d’azzuro» (1922),…

On peut noter que quelques-uns de ses films sont mis en scène par sa mère, elle aussi passée à l’écran et qui cumule alors les activités d’actrice, productrice et réalisatrice.

Après «La congiura di San Marco» (1924), Bianca Stagno Bellincioni ne tourne plus durant une douzaine d’années.

De 1937 à 1943, elle tient encore des seconds rôles dans quelques productions avant de mettre un point final à sa filmographie.

Marlène Pilaete