X

Liza MINNELLI (1946)

 

Liza Minnelli

icone

Fille de l’actrice et chanteuse Judy Garland et du réalisateur Vincente Minnelli, Liza Minnelli (née à Los Angeles, Etats-Unis) se lance dans l’univers du spectacle dans la première moitié des années 60.
 Ayant hérité des dons vocaux et scéniques de sa mère, elle se mesure bientôt à celle-ci à l’occasion de deux mémorables concerts londoniens en 1964 et nul ne doute alors qu’un brillant avenir s’ouvre devant elle.

Durant sa longue carrière, qui se poursuit encore aujourd’hui, Liza Minnelli donne d’innombrables récitals. Elle remporte aussi deux Tony Awards en 1965 et 1978 pour ses prestations dans les comédies musicales «Flora, the Red Menace» et «The Act», sans compter une récompense spéciale décernée par la même institution en 1974 pour la remercier de l’éclat qu’elle a apporté à la scène de Broadway durant la saison alors en cours.
 Notons encore que son spectacle «Liza’s at the Palace» se voit attribuer en 2009 le Tony du "Best Special Theatrical Event".

Ses disques sont également légion et elle reçoit d’ailleurs en 1990 un Grammy Legend Award qui prouve la renommée dont elle jouit dans ce domaine. Quant au show télévisé «Liza with a Z : A Concert for Television», il vaut à la star un Emmy Award en 1973.

Bon sang ne saurait mentir, cette artiste complète touche aussi au cinéma.
 Etant enfant, elle apparaît déjà aux côtés de sa mère dans «In the Good Old Summertime» (1949) mais elle obtient son premier véritable rôle dans le film anglais «Charlie Bubbles» (1967), qui révèle une comédienne pleine de promesses.

De 1969 à 1981, elle est une étoile hollywoodienne et tourne «The Sterile Cuckoo» (1969), «Tell Me That You Love Me, Junie Moon» (1970), «Cabaret» (1972), qui lui rapporte l’Oscar de la meilleure actrice, «Lucky Lady» (1975), «New York, New York» (1977) et «Arthur» (1981).
 Elle est en outre dirigée par son père dans «A Matter of Time» (1976), une co-production américano-italienne.

Depuis le début des années 80, elle ne fréquente plus guère le monde du Septième Art et sa filmographie se réduit dès lors à quelques rares titres.

Marlène Pilaete