X

Annalisa ERICSON (1913 / 2011)

Annalisa Ericson

icone

Annalisa Ericson (née à Djurgarden, Suède) fait une apparition dans un film muet en 1923 mais sa véritable carrière cinématographique débute en 1930.
 En 1932, «Värmlänningarna» en fait une star.

Elle tourne beaucoup jusqu'à la fin des années 50 et est l'interprète de, entre autres, «En melodi om varen» (1933), «Kungliga Johansson» (1934), «Alla tiders Karlsson» (1936), «Mamma gifter sig» (1937), «Spöke till salu» (1939), «Kyss henne !» (1940), «Spökreportern» (1941), «Livet pa en pinne» (1942), «Lille Napoleon» (1943), «Nyordning pa Sjögarda» (1944), «Blajackor» (1945), «Eviga länkar» (1946), «Tappa inte sugen» (1947), «Stackars lilla Sven» (1947), «Solkatten» (1948), «Greven fran gränden» (1949), «Kyssen pa kryssen» (1950), «Säg det med blonnor» (1952), «Kvinnohuset» (1953), «Sju svarta be-ha» (1954), «Karusellen i fjällen» (1955),…

Elle incarne en outre Kajsa dans «Damen i svart» (1958), «Mannekang i rött» (1958) et «Ryttare i blatt» (1959).
 Ces trois réalisations d'Arne Mattsson sont adaptées des populaires romans policiers de Folke Mellvig qui content les aventures du couple John et Kajsa Hillman, habitué à résoudre des affaires criminelles.
 En France, le titre le plus connu de sa filmographie est sans doute «Sommarlek» («Jeux d'été», 1951) mis en scène par Ingmar Bergman et dans lequel elle tient un second rôle.

Après 1960, son activité cinématographique est beaucoup plus réduite.
Quant à la télévision, notons qu'elle y fait ses premiers pas dans les années 50 et y travaille occasionnellement par la suite.

Annalisa Ericson est également une artiste appréciée sur scène et a notamment à son actif bon nombre de spectacles musicaux, de revues et d'opérettes, dans lesquels ses dons pour la danse et le chant sont particulièrement mis en valeur.

Marlène Pilaete