X

Anne FRANCIS (1930 / 2011)

Anne Francis

icone

Alors qu'elle est encore une petite fille, Anne Francis (née à Ossining, Etats-Unis) est engagée comme modèle par la très réputée agence Powers.
 Elle ne tarde pas à s'orienter vers une carrière dans le show-business et travaille alors à la radio et même à la télévision, encore balbutiante.
 On peut la voir aussi sur scène dans «Lady in the Dark», une comédie musicale qui triomphe à Broadway au début des années 40.

Elle débute au cinéma en 1947, se fait remarquer en pensionnaire d'une maison de redressement dans «So Young So Bad» (1950) et tient son premier rôle féminin principal dans «Elopement» (1951).

La jeune star est à son zénith durant les années 50.
 On se rappelle particulièrement d'elle vêtue de mini-robes et accompagnée de Robby le robot dans le film-culte de science-fiction «Forbidden Planet» (1956).
 Elle figure également au générique de deux autres célèbres classiques : «Bad Day at Black Rock» (1955) et «Blackboard Jungle» (1955).
 Elle est en outre l'interprète de, entre autres, «Lydia Bailey» (1952), «A Lion Is in the Streets» (1953), «Rogue Cop» (1954), «The Scarlet Coat» (1955), «The Rack» (1956), «The Hired Gun» (1957),…

A partir de 1958, c'est principalement le petit écran qui utilise ses talents.
 Les amateurs gardent un bon souvenir de Honey West, un personnage de détective sexy qu'elle incarne en 1965 et 1966.
 Elle participe à bien d'autres téléfilms et séries, parmi lesquelles, par exemple, «Les incorruptibles», «La quatrième dimension», «Des agents très spéciaux», «Mission impossible», «Les envahisseurs», «Hawaï police d'état», «L'homme de fer», «Cannon», «Columbo», «Kung Fu», «Sergent Anderson», «Dallas», «La croisière s'amuse», «L'île fantastique», «Drôles de dames», «Chips», «Arabesque»,…

Pour le Septième Art, elle ne tourne plus qu'une quinzaine de productions de 1960 à 1996, notamment «Girl of the Night» (1960) qui, selon l'actrice elle-même, renferme sa meilleure performance.

Marlène Pilaete