X

Googie WITHERS (1917 / 2011)

Googie Withers

icone

Après avoir été remarquée sur scène dans une comédie musicale, Googie Withers (née à Karachi, Pakistan, de père anglais et de mère hollandaise) débute à l'écran en Grande-Bretagne en 1934.
 Durant plusieurs années, elle est une actrice appréciée des spectateurs britanniques mais ne se hisse néanmoins pas au premier rang.

Elle tient alors des premiers et seconds rôles dans bon nombre de films et c'est plutôt le côté léger de sa personnalité qui est associé à son nom.
 On peut citer quelques titres de cette époque comme «All at Sea» (1935), «King of Hearts» (1936), «If I Were Boss» (1938), «You're the Doctor» (1938), «She Couldn't Say No» (1939), «Trouble Brewing» (1939), «Busman's Honeymoon» (1940),…

En 1942, elle joue une résistante hollandaise dans le film de guerre «One of Our Aircraft is Missing» et son interprétation lui ouvre de nouvelles perspectives.
 Sa cote grimpe et sa carrière de vedette atteint dès lors des sphères plus élevées.

Jusqu'en 1956, elle est l'interprète de, entre autres, «The Silver Fleet» (1943), «They Came to a City» (1944), «Dead of Night» (1945), «Pink String and Sealing Wax» (1945), dans lequel elle incarne magistralement une empoisonneuse, «It Always Rains on Sunday» (1947), «The Loves of Joanna Godden» (1947), «Once Upon a Dream» (1949), «Night and the City» (1950), «White Corridors» (1951), «Derby Day» (1952), «Devil on Horseback» (1954), «Port of escape» (1956),…

Elle fait en outre quelques incursions au petit écran dans les années 50.
A la fin de celles-ci, elle s'installe en Australie avec l'acteur John Mc Callum, son époux depuis 1948.
 C'est là qu'elle tourne ses trois dernières productions cinématographiques : «Nickel Queen» (1971), réalisé par son mari, «Country Wife» (1994) et «Shine» (1996).
 Dans les années 70 et 80, elle retravaille aussi occasionnellement pour la télévision, notamment dans la série britannique «Within These Walls» en 1974 et 1975.

Durant son parcours, Googie Withers ne fréquente pas uniquement les plateaux de tournage et se révèle excellente au théâtre.
 Dans ce domaine, citons par exemple les pièces «They Came to a City» de J.B. Priestley en 1943, «Winter Journey» de Clifford Odets en 1952, «Much Ado about Nothing» de Shakespeare en 1958, «Le Roi se meurt» de Ionesco en 1963, «The Circle» de Somerset Maugham en 1976 et 1982 ou encore «Lady Windermere's Fan» d'Oscar Wilde en 1997 et 2002.

Mentionnons également «The Complaisant Lover» de Graham Greene qu'elle joue à Broadway durant la saison 1961-1962.

Marlène Pilaete