X

Susannah YORK (1939 / 2011)

Susannah York

icone

Alors qu'elle suit les cours de la prestigieuse Académie Royale d'Art Dramatique, Susannah York (née à Londres, Grande-Bretagne) se fait remarquer à la fin des années 50 lorsque qu'elle reçoit le prix de l'étudiante la plus prometteuse.
 En 1960, elle entame sa carrière de star de cinéma et, durant une vingtaine d'années, tourne régulièrement, principalement dans son pays natal et aux Etats-Unis.

Elle est alors la vedette de, entre autres, «Tunes of Glory» (1960), «The Greengage Summer» (1961), «Freud» (1962), «Tom Jones» (1963), «The 7th Dawn» (1964), «Sounds of the Kalahari» (1965), «Kaleidoscope» (1966), «A Man for All Seasons» (1966), «The Killing of Sister George» (1968), «They Shoot Horses, Don't They» (1969), «Country Dance» (1970), «Images» (1972), qui lui vaut un Grand Prix d'Interprétation au festival de Cannes, «Gold» (1974), «Conduct Unbecoming» (1975), «Sky Riders» (1976), «The Shout» (1978),…
Elle incarne en outre la mère du super-héros dans «Superman» (1978) et «Superman II» (1980).

A partir des années 80, sa cote au Septième Art baisse et le rythme des tournages est plus irrégulier.
 C'est alors d'avantage au théâtre qu'elle s'illustre.
 Dans ce domaine, on se rappelle particulièrement de son spectacle «The Loves of Shakespeare's Women», qu'elle crée en 2001 et dans lequel elle interprète des monologues et sonnets extraits de l'œuvre du célèbre auteur britannique, assortis de commentaires personnels.
Parmi ses autres prestations sur scène, on peut citer, notamment, «Agnes of God» de John Pielmeier en 1983, «The Apple Cart» de G.B. Shaw en 1986, «September Tide» de Daphne du Maurier en 1994, «Camino Real» de Tennessee Williams en 1997, «Quartet» de Ronald Harwood en 2010,…

Terminons en évoquant son parcours à la télévision émaillé, par exemple, du rôle de la garce Abigail dans une adaptation de la pièce «The Crucible» d'Arthur Miller en 1959, d'une enième version de «Jane Eyre» en 1970, d'un épisode de «La croisière s'amuse» en 1985 ou encore de sa participation aux séries «Holby City» et «Casualty» en 2003 et 2004.

Marlène Pilaete