X

Angie DICKINSON (1931)

Angie Dickinson

icone

Angie Dickinson (née à Kulm, Etats-Unis) débute à l'écran en 1954.
 Son début de parcours comporte notamment plusieurs westerns comme «Gun the Man Down» (1956) «The Black Wip» (1956) ou encore «Shoot-Out at Medicine Bend» (1957) mais aussi, par exemple, le film d'aventures de Samuel Fuller, «China Gate» (1957).

Bien à l'aise dans l'univers des saloons, des sheriffs, des hors-la-loi et des règlements de compte, elle est ensuite choisie pour incarner le personnage de Feathers dans un classique de Howard Hawks, «Rio Bravo» (1959), qui en fait une star.
 Dans la lignée de Marlene Dietrich, Betty Grable et Cyd Charisse, elle est alors très réputée pour la beauté de ses jambes.

Par après, elle est l'interprète de, entre autres, «The Bramble Bush» (1960), «Ocean's Eleven» (1960), «The Sins of Rachel Cade» (1961), «Jessica» (1962), «Captain Newman M.D.» (1963), «The Killers» (1964), «The Art of Love» (1965), «The Chase» (1966), «Point Blank» (1967), «Young Billy Young» (1969), «Some Kind of a Nut» (1969), «Pretty Maids All in a Row» (1971), «Un homme est mort» (1972), tourné à Los Angeles par Jacques Deray, «Big Bad Mama» (1974),…

De 1974 à 1978, elle est la populaire héroïne du la série télévisée «Police Woman/Sergent Anderson») et met sa carrière cinématographique entre parenthèses.
 Elle fait son retour dans les salles obscures en étant la partenaire de Lino Ventura dans «L'homme en colère» (1979), suivi par quelques autres productions dont la plus marquante demeure «Dressed to Kill» (1980) de Brian De Palma.

Néanmoins, a partir de 1982, elle ne tourne plus qu'une dizaine de films pour le Septième Art.
On peut citer des titres comme «Big Bad Mama II» (1987), «Even Cowgirls Get the Blues» (1993), «Sabrina» (1995), «Duets» (2000), «Elvis Has Left the Building» (2004),…

Son activité à la télévision est plus régulière, bien qu'elle ne connaisse plus de succès comparable à «Police Woman».

Pour la petite histoire, rappelons qu'au tout début des années 80, elle décline l'offre de jouer Krystle Carrington dans la célèbre saga «Dynasty».

Marlène Pilaete