X

Annie DUCAUX (1908-1996)

Annie Ducaux

icone

Annie Ducaux (née à Besançon, France) débute à l'écran dans le rôle féminin principal de «Coup de feu à l'aube» (1932).
 Devenue une vedette du cinéma français, elle est ensuite l'interprète de, notamment, «L'agonie des aigles» (1933), «Cessez le feu» (1934), «Le petit Jacques» (1934), «Un homme de trop à bord» (1935), «Un grand amour de Beethoven» (1936), «Les filles du Rhône» (1937), «Voleur de femmes» (1937), «Conflit» (1938), «L'homme du Niger» (1939), «L'empreinte du dieu» (1940),…

Jusqu'au début des années 40, sa carrière se déroule principalement dans un registre plutôt dramatique.
 Par la suite, elle reste encore fidèle à ce genre avec des productions comme «Pontcarral, colonel d'empire» (1942), «Le bal des passants» (1943) ou encore «Les requins de Gibraltar» (1947) mais sa filmographie se teinte aussi de plus de fantaisie et d'humour grâce à «L'inévitable Monsieur Dubois» (1942), «Florence est folle» (1944), «Rendez-vous à Paris» (1946), «La patronne» (1949) et «Le roi» (1949).

Après 1950, elle ne travaille plus qu'à trois reprises pour le cinéma dans «Les grandes familles» (1958), «La princesse de Clèves» (1960) et «La belle américaine» (1961).
 On peut relever également quelques incursions à la télévision.

Annie Ducaux est en outre une grande dame du théâtre et a déjà une solide expérience de la scène derrière elle lorsqu'elle entre comme Sociétaire à la Comédie-Française en 1946.

Elle y reste jusqu'en 1981 et, parmi les pièces qu'elle y joue, on peut citer, entre autres, «Bérénice», «Britannicus», «Athalie» et «Mithridate», toutes de Jean Racine, «Les femmes savantes» de Molière, «Port-Royal» d'Henry de Montherlant, «Electre» et «La folle de Chaillot» de Giraudoux, etc.

Marlène Pilaete