X

Jayne MANSFIELD (1933 / 1967)

Jayne Mansfield

icone

Jayne Mansfield (née à Bryn Mawr, Etats-Unis) arrive en 1954 à Los Angeles avec la ferme intention de devenir célèbre.
 Avec son opulente poitrine en guise de carte de visite et son sens de l'auto-promotion très développé, elle ne tarde pas à se faire remarquer.

En janvier 1955, lors d'une réunion organisée pour la presse par Howard Hughes à l'occasion de la sortie du film «Underwater», dans lequel elle ne joue pas, la bretelle de son maillot craque bien opportunément alors qu'elle se trouve dans la piscine, ce qui fait bien sûr le bonheur de tous les photographes présents.
 Le mois suivant, elle est la playmate du magazine Playboy.
 La même année, le public des salles obscures commence à la voir à l'écran mais rien de marquant ne se dégage de ces apparitions.

C'est finalement au théâtre qu'elle connaît son premier grand succès grâce à la pièce «Will Success Spoil Rock Hunter», qu'elle interprète à Broadway d'octobre 1955 à septembre 1956.
 Elle signe alors avec la 20th Century Fox et devient enfin ce qu'elle a toujours désiré être : une star hollywoodienne.
 Elle est ainsi la vedette de «The Girl Can't Help It» (1956), «The Wayward Bus» (1957), «Will Success Spoil Rock Hunter ?» (1957) et «Kiss Them for Me» (1957).
 Pour profiter de sa notoriété et prendre sa part du gâteau, la Columbia sort en avril 1957 «The Burglar», une production tournée par la jeune actrice en 1955 qui n'avait pas été distribuée à l'époque.

Elle travaille ensuite en Angleterre pour «The Sheriff of Fractured Jaw» (1958), «The Challenge» (1960) et «Too Hot Too Handle» (1960) et est à l'affiche du péplum italien «Gli amori di Ercole» (1960).
 Elle empoche en outre de coquettes sommes en se produisant sur scène à Las Vegas.

Prête à tout pour que l'on parle d'elle, elle est sans cesse en représentation et donne libre cours à sa personnalité extravagante et exhibitionniste.
On se rappelle notamment d'une soirée donnée en avril 1957 en l'honneur de Sophia Loren au cours de laquelle elle ne peut résister à exposer largement son décolleté ou de son mariage en robe de dentelle rose en janvier 1958 avec Mickey Hargitay, ex-Monsieur Univers 1955, dans la chapelle en verre de Rancho Palos Verde, afin que personne n'en perde une miette.
 Elle a des idées bien précises sur ce que doit être la vie d'une star et vit sur Sunset Boulevard dans une étonnante maison rose où la piscine, le jacuzzi, la baignoire et la cheminée sont en forme de cœur.

Dans les années 60, sa carrière cinématographique est en déclin et, en 1962, la Fox ne renouvelle pas son contrat.
 Aux U.S.A., le Septième Art ne la prend plus guère au sérieux et sa filmographie n'est plus très brillante avec des titres comme «Promises, Promises» (1963), qui lui donne l'occasion d'apparaître nue, avec toute la publicité qui en découle, ou encore «The Las Vegas Hillbillys» (1966), une série B dans laquelle elle partage la vedette avec une de ses rivales des années 50, Mamie Van Doren.

Ce qu'on lui propose en Europe n'est généralement pas d'un niveau supérieur.
 Citons par exemple «Heimweh nach St Pauli» (1963) avec Freddy Quinn, un des rois de la chanson populaire germanique, et «L'amore primitivo» (1964), une bizarrerie mêlant passages documentaires et gags du duo de comiques italiens Franco Franchi et Ciccio Ingrassia.

Néanmoins, Jayne Mansfield ne disparaît pas du paysage médiatique et s'efforce de continuer à faire vivre le personnage qu'elle a créé.
 On peut lui faire confiance pour que les magazines et les journaux continuent à lui consacrer des articles et des photos et elle se montre également active à la télévision.
 Quant aux exploitants de night-clubs et de cabarets, ils lui proposent toujours d'intéressants cachets pour qu'elle vienne y faire son numéro.

En 1967, elle meurt dans un violent accident de voiture. Contrairement à ce qu'on lit souvent, elle n'est pas décapitée lors de ce tragique évènement, mais plutôt “scalpée”.

Fidèle à sa légende au-delà de la mort, elle repose désormais sous une pierre tombale en forme de cœur.

Marlène Pilaete