X

Hayley MILLS (1946)

Hayley Mills

icone

Fille du célèbre acteur John Mills, Hayley Mills (née à Londres, Angleterre) débute à l'écran dans son pays natal dans «Tiger Bay» (1959).
 Son interprétation d'un garçon manqué témoin d'un meurtre lui vaut d'être récompensée par la BAFTA au titre de "nouvelle venue la plus prometteuse" et lui rapporte aussi un prix spécial du jury au festival de Berlin.

Elle est ensuite engagée à Hollywood par les studios Walt Disney qui en font la star de «Pollyanna» (1960), pour lequel on lui décerne un oscar miniature, «The Parent Trap» (1961), «In Search of the Castaways» (1962), «Summer Magic» (1963), «The Moon-Spinners» (1964) et «That Darn Cat !» (1965).

Durant la même période, elle est également la vedette de trois films anglais «Whistle Down the Wind» (1961), «The Chalk Garden» (1963) et «The Truth About Spring» (1964).
On parle aussi d'elle pour incarner Lolita dans le film de Stanley Kubrick mais John Mills et/ou Walt Disney opposent leur veto à cette idée et c'est finalement Sue Lyon qui est choisie.

Alors qu'elle s'éloigne de l'adolescence, le cinéma britannique tente de faire évoluer son image avec «Sky West and Crooked» (1965), dans lequel elle incarne une jeune fille retardée mentalement, «The Family Way» (1966), qui réserve à l'actrice une très brève scène dénudée, «Pretty Polly» (1967), dont le sujet est signé Noel Coward, et le thriller psychologique «Twisted Nerve» (1968), qui suscite à l'époque la controverse en associant trisomie 21 et psychopathie.
 Par contre, son rôle d'étudiante dans la comédie américaine «The Trouble with Angels» (1966) est plus conforme à son style habituel.

Dès le début des années 70, la magie semble s'être évaporée et, durant cette décennie, ses prestations cinématographiques ont peu de retentissement.

Si elle ne renoue désormais plus avec son succès des années 60, elle n'en abandonne pas pour autant le métier d'actrice, qu'elle continue d'exercer principalement aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.
 Elle travaille encore de temps à autre pour le Septième Art mais est plus active au petit écran.
 Les studios Disney en font notamment la protagoniste de trois téléfilms, «The Parent Trap II» (1986), «Parent Trap III» (1989) et «Parent Trap : Hawaiian Honeymoon» (1989) dans lesquels elle reprend ses personnages de jumelles qu'elle avait interprétés en 1961.
 Elle est aussi, de 2007 à 2012, une des protagonistes de la série «Wild at Heart» pour la chaîne britannique ITV.

Hayley Mills se produit également sur scène dans, par exemple, la célèbre comédie musicale «The King and I» qu'elle joue en Australie en 1991 et aux U.S.A. en 1997 et 1998, ou encore, «Ladies in Lavender», qu'elle crée en avril 2012 à Northampton.

Marlène Pilaete