X

Vera KHOLODNAYA (1893 / 1919)

Vera Kholodnaya

icone

Vera Kholodnaya (née à Poltava, Empire russe, aujourd’hui Ukraine) débute à l’écran en 1914 en faisant une petite apparition non-créditée.
 Rapidement, elle se fait remarquer par sa beauté et sa photogénie et devient bientôt la star féminine n°1 du cinéma russe de l’époque.

Elle est l’interprète de, entre autres, «Pesn torzhestvuyuschchey lyubvi» (1915), «Deti veka» (1915), «Mirazhi» (1916), «Zhizn za zhizn» (1916), «Lounnaya krasavitsa» (1916), «U kamina» (1917), «Chelovek-zver» (1917), «Molchi, grust, molchi» (1918), «Krasnaya zarya» (1918), «Zhivoy trup» (1918), «Posledneiye tango» (1918),…

Victime de la grande épidémie de grippe espagnole, elle meurt en pleine gloire en 1919.
 Le film de ses obsèques est alors projeté dans les salles obscures, afin que son public puisse lui rendre un dernier hommage.

En 1931, le cimetière dans lequel elle est inhumée est rasé pour faire place à un parc.
 Le pouvoir soviétique antireligieux de l’époque n’a en effet que peu de considération pour ce qui touche à la chrétienté.

L’indépendance de l’Ukraine en 1991 et le sentiment de fierté nationale retrouvée aident à remettre en lumière l’ancienne idole du muet.
 En 1993, un timbre est émis pour commémorer le centenaire de sa naissance et, en 2003, une statue à son effigie est érigée à Odessa.

Marlène Pilaete