X

Jacqueline BOUVIER / Jacqueline PAGNOL (1920 / 2016)

Jacqueline Bouvier-Pagnol

icone

Jacqueline Bouvier (née à Malakoff, France) débute à l’écran dans un des rôles féminins principaux de «La maison des sept jeunes filles» (1941).
 Elle tourne ensuite «Les ailes blanches» (1942), «Adieu Léonard» (1943) et «Service de nuit» (1943) avant de tenir le rôle-titre de «Naïs» (1945), adapté et dialogué par Marcel Pagnol, d’après une nouvelle d’Emile Zola.

Elle épouse le célèbre natif d’Aubagne en octobre 1945 et désormais, à l’exception d’un seul titre, elle figure aux génériques de ses films sous le nom de Jacqueline Pagnol.
 Son mari la dirige alors dans «La belle meunière» (1948), «Topaze» (1950) et «Manon des sources» (1952).

On peut retrouver aussi l’actrice dans «Le rosier de Madame Husson» (1950) et «Carnaval» (1953) dont Marcel Pagnol n’assure pas la réalisation mais se charge de l’adaptation et des dialogues.
 Elle en outre l’interprète de «Adhémar ou le jouet de la fatalité» (1951), un des trois films mis en scène par Fernandel.

Son époux ayant délaissé le cinéma après «Les lettres de mon moulin» (1953), elle ne voit pas de raison de poursuivre longtemps sa carrière de vedette et se retire après «La terreur des dames» (1956).

Marlène Pilaete