X

Pierrette CAILLOL (1898 / 1991)

Pierrette Caillol

icone

Pierrette Caillol (née à Marseille, France) travaille à quelques reprises pour le cinéma muet et joue par exemple la grisette Rigolette dans «Les mystères de Paris» (1924).

En 1930, en pleine vogue des versions multiples, elle est à Hollywood la partenaire de Ramon Novarro dans «Le chanteur de Séville», co-réalisé par l’acteur et par Yvan Noé.
 Elle y reprend le personnage interprété par Renée Adorée dans la version américaine, «Call of the Flesh».

Pierrette Caillol et Yvan Noé entament alors une longue histoire d’amour, qui se concrétise par un mariage en 1942.
 Jusqu’au début des années 50, la carrière cinématographique de l’actrice est placée en grande partie sous le signe d’Yvan Noé.
 En effet, celui-ci apparaît au générique de la plupart des films qu’elle tourne, que ce soit en qualité de réalisateur, scénariste, dialoguiste et/ou auteur des œuvres littéraires ou théâtrales adaptées.
 La grandeur de ses rôles varie alors au gré de sa filmographie, allant de la vedette féminine à des prestations plus ou moins importantes selon les cas.

Elle est l’interprète de, entre autres, «Ame de clown» (1933), «Les hommes de la côte» (1933), «Mes tantes et moi» (1936), «Le château des quatre obèses» (1939), «L’étrange nuit de Noël» (1939), «La cavalcade des heures» (1943), dans lequel elle incarne Hora, personnage fantastique symbolisant le Temps, «Une mort sans importance» (1947), «Dominique» (1950), «Les vacances finissent demain» (1950),…

Lauréate du Conservatoire en 1919, Pierrette Caillol est également présente sur scène.
Parmi les pièces qu’elle interprète, on peut citer, notamment, «La perle de Chicago» de Maurice Dekobra ou encore «Le fauteuil 47» de Louis Verneuil.
 Elle est en outre une des protagonistes de l’opérette «Les gangsters du Château d’If», créée à Lyon en 1936, qui bénéficie d’une musique du populaire Vincent Scotto.

Elle donnera également des cours d’art dramatique, auxquels s’inscrira, parmi d’autres, un tout jeune Raymond Pellegrin.

Marlène Pilaete