X

Priscilla DEAN (1896 / 1987)

Priscilla Dean

icone

Sur scène depuis l’enfance, Priscilla Dean (née à New York, Etats-Unis) débute à l’écran au début des années 10 et, dès 1916, on commence à la remarquer grâce à des comédies de court-métrage.

En 1917, elle devient une des stars de la Universal, où elle tourne par exemple, à plusieurs reprises, sous la direction de Tod Browning.
 Durant la durée de son contrat, elle connaît une grande popularité et est l’interprète de, entre autres, «Beloved Jim» (1917), «The Brazen Beauty» (1918), «The Two-Soul Woman» (1918), «The Wildcat of Paris» (1918), «The Wicked Darling» (1919), «The Exquisite Thief» (1919), «The Virgin of Stamboul» (1920), «Outside the Law» (1920), «Reputation» (1921), «Under Two Flags» (1922), «The Flame of Life» (1923), «Drifting» (1923),…
 Elle est en outre une des protagonistes du serial «The Grey Ghost » (1917).

Son parcours à la Universal s’achève avec «The Storm Daughter» (1924) et l’actrice est ensuite la vedette de plusieurs films distribués par la compagnie P.D.C., parmi lesquels on peut citer, notamment, «The Siren of Seville» (1924), «The Crimson Runner» (1925), «The Danger Girl» (1926), «The Speeding Venus» (1926), «Jewels of Desire» (1927),…

Après un passage à la Columbia pour «Birds of Prey» (1927), elle se retrouve aux studios Hal Roach, où elle tient le rôle principal de «Slipping Wives» (1927), dans lequel Laurel et Hardy, qui ne forment pas encore à l’époque le duo que l’on connaît, figurent parmi ses partenaires.
 Mais sa carrière est alors en déclin et c’est là son chant du cygne.

Ses quelques films parlants en 1931 et 1932 sont produits par des compagnies de seconde zone et elle disparaît des écrans en 1933.

Marlène Pilaete