X

Ruth SELWYN (1905 / 1954)

Ruth Selwyn

icone

Ruth Selwyn (née à Tazewell, Etats-Unis) est active sur scène dans les années 20, notamment dans les «George White’s Scandals» en 1924.
 En 1930, sous l’œil bienveillant de son mari de l’époque, Edgar Selwyn, célèbre auteur, réalisateur et producteur de théâtre et de cinéma, elle se lance dans la production avec «The Nine-Fifteen Revue».
 Malheureusement, malgré la création par Ruth Etting de la chanson «Get Happy», qui deviendra plus tard un des standards de Judy Garland, ce spectacle est un échec et s’arrête après sept représentations à Broadway.

Elle aura d’avantage de succès à la fin des années 30 avec la pièce «Bachelor Born», qu’elle co-produit avec Milton Shubert.

La jeune femme débute au Septième Art en 1931 sous contrat avec la M.G.M.
 Le fait qu’elle soit alors la belle-sœur de Nicholas M. Schenck, président de la firme, doit avoir sans doute joué en sa faveur et facilité son entrée dans cette prestigieux compagnie.
 Le sommet de sa courte carrière de vedette de cinéma survient lorsqu’elle est choisie pour tenir un des rôles principaux de «Speak Easily» (1932), aux côtés de Buster Keaton et Jimmy Durante.

Pour le reste, elle doit se contenter de prestations plus secondaires dans des films destinés à mettre en valeur des actrices plus cotées comme Marion Davies, Diana Wynyard ou encore Madge Evans.
 Elle disparaît des écrans après «Baby Face Harrington» (1935).

Marlène Pilaete