X

Lotte KOCH (1913 / 2013)

Lotte Koch

icone

Lotte Koch (née à Bruxelles, Belgique, de parents allemands) débute au théâtre en 1931 et, à part un film autrichien en 1936, elle se consacre à la scène durant les années 30.

Durant la seconde guerre mondiale, elle est une vedette de l’écran allemand que l’on peut voir dans, entre autres, «Achtung ! Feind hört mit !» (1940), «Unser kleiner Junge» (1941), «Der Strom» (1941), «Du gehörst zu mir» (1943), «Aufruhr der Herzen» (1944), «Die schwarze Robe» (1944), «Das alte Lied» (1945),…

Elle poursuit sa carrière cinématographique après la fin du conflit et est notamment une des protagonistes de «Morituri» (1948), sans doute le premier film allemand à évoquer directement les camps de concentration.
 Mais cette production est très mal reçue par le public germanique de l’époque qui n’est pas prêt à être confronté à un passé aussi proche et aussi peu reluisant.

Cependant, on retrouve aussi dans sa filmographie de l’époque des titres provoquant moins de remous comme «Zugvögel» (1947), «Gesucht wird Majora» (1949), «Madonna in Ketten» (1949) ou encore «Export in Blond» (1950).
 Son parcours au Septième Art se termine avec «Käpt’n Bay-Bay» (1953), une comédie avec Hans Albers.

Elle travaille par la suite sur les planches, à la radio et dans l’univers du doublage.
Elle fait une dernière apparition devant les caméras dans une série télévisée au début des années 70.

Marlène Pilaete