X

Barbara LAWRENCE (1928 ? 1930 ? / 2013)

Barbara Lawrence

icone

Barbara Lawrence (née à Carnegie, Etats-Unis) débute à l’écran en 1945 et est créditée pour la première fois au générique l’année suivante dans «Margie».
 Elle tourne régulièrement jusqu’en 1957 mais, lorsqu’elle travaille pour de grandes firmes comme la Fox, la M.G.M., la Universal ou encore la compagnie Samuel Goldwyn, elle doit généralement se contenter de seconds rôles et laisser la première place à des actrices comme Jean Peters, Jeanne Crain, Linda Darnell, Loretta Young, Diana Lynn, Janet Leigh, Jean Hagen, Greer Garson, Shirley Jones, Colleen Miller, etc.

On peut ainsi la voir dans, entre autres, «Captain from Castile» (1947), «Unfaithfully Yours» (1948), «Mother is a Freshman» (1949), «Peggy» (1950), «Two Tickets to Broadway» (1951), «Arena» (1953), «Her Twelve Men» (1954), «Oklahoma !» (1955), «Man in the Shadow» (1957),…

Elle tient en outre son propre rôle dans «The Star» (1952), dans lequel elle est présentée en actrice en pleine ascension, en opposition avec le personnage d’étoile déclinante joué par Bette Davis.

Elle a plus de chance lorsqu’elle est employée par des studios de séries B et on la retrouve en tête d’affiche féminine dans le western «Jesse James vs. The Daltons» (1954) et le film de science-fiction «Kronos» (1957), produits respectivement par la Esskay Pictures Cororation et la Regal Films.
 Pour la American Picture Company, elle partage en outre la vedette avec Eva Gabor, Paulette Goddard et Marilyn Maxwell de «Paris Model» (1953), qui suit le parcours d’une même robe portée par quatre femmes différentes.

Après avoir tourné son dernier film pour le cinéma en 1957, elle se consacre à la télévision jusqu’en 1962 en participant à des séries comme «Perry Mason», «Tightrope», «Bonanza», «The Tall Man»,…

Marlène Pilaete