X

Lucyna WINNICKA (1928 / 2013)

Lucyna Winnicka

icone

Après avoir été diplômée en droit, Lucyna Winnicka (née à Varsovie, Pologne) se tourne vers l’art dramatique.
 Elle débute à l’écran dans le rôle féminin principal de «Pod gwiada frygiska» (1954), réalisé par Jerzy Kawalerowicz. L’actrice et le metteur en scène vivront d’ailleurs une histoire d’amour de plusieurs années, de laquelle naîtront deux enfants.

Kawalerowicz dirige ensuite Lucyna Winnicka dans «Prawdziwy koniec wielkiej wojny» (1957), «Pociag» (1959), «Matka Joanna od aniolow» / «Mère Jeanne des anges» (1961), qui remporte le Prix Spécial du Jury au festival de Cannes, et «Gra» (1969), sans compter «Faraon» (1966), dans lequel elle fait une apparition non-créditée.

Durant sa carrière de vedette, elle est également employée par d’autres réalisateurs et on peut alors la voir dans, notamment, «Krzyzacy» (19602), «Pamietnik pani Hanki» (1963), «Sam posrod miasta» (1965), «Sposob bycia» (1966), «Ognie sa jeszcze zywe» (1976),…

Des pays de ce qu’on appelle à l’époque le Bloc de l’Est font aussi appel à elle : la Yougoslavie pour «Sarajevski atentat» (1968), la Tchécoslovaquie pour «322» (1969) et la Hongrie pour «Szeremesfilm» (1970) et «Tüzolto utca 25.» (1973).
 Elle figure en outre au générique du film de science-fiction «Der schweigende Stern/Molezaci Krzydla» (1960), co-produit par l’Allemagne de l’Est et la Pologne.

A la fin des années 70, elle rompt avec l’univers du cinéma et se dirige vers l’écriture et le journalisme.

Par ailleurs, elle se prend d’intérêt pour la philosophie et la médecine d’Extrême-Orient, dont elle devient une fervente apôtre.

Marlène Pilaete