X

Marie-Louise DERVAL (? / ?)

Marie-Louise Derval

icone

Avant que le Septième Art ne s’intéresse à elle, Marie-Louise Derval est déjà une artiste de théâtre renommée et incarne notamment la déesse Vénus dans «Le bois sacré» d’Edmond Rostand en 1910.
 

Elle débute à l’écran dans «La Reine Elisabeth» (1912) en compagnie de Sarah Bernhardt, avec qui elle avait d’ailleurs déjà joué sur scène.

De 1913 à 1918, elle est une vedette du cinéma français et on peut la voir dans, entre autres, «La dame de Monsoreau» (1913), «Le réveil» (1914), «Le chevalier de Maison Rouge» (1914), «Le malheur qui passe» (1915), «Les deux marquises» (1916), «Beauté fatale» (1916), «Vertige» (1917), «Angoisse» (1917) ou encore «L’énigme» (1918).

Après une absence d’une vingtaine d’années, elle tourne à nouveau quelques films dans les années 30, dans des seconds rôles.

Marlène Pilaete