X

Anna MÜLLER-LINCKE (1868 ? 1869 ? / 1935)

Anna Müller-Lincke

icone

Après avoir mené une brillante carrière sur les planches, Anna Müller-Lincke (née à Berlin, Allemagne) débute à l’écran, selon certaines sources, en 1907 dans quelques courts-métrages de la firme Deutsche Bioscop, qui bénéficient des techniques primitives de sonorisation de l’époque.
 C’est toutefois à partir de 1913 que l’actrice se lance véritablement dans le Septième Art et devient la reine de l’humour du cinéma allemand des années 10.

La populaire vedette est alors l’interprète de, entre autres, «Wo ist Coletti ?» (1913), «Seine Kammerjungfer» (1913), «Marketenderin» (1914), «Die erbtante» (1914), «Die Mobilmachung in der Küche» (1915), «Frau Anna Pilgerfahrt» (1915), «Ja, der soldate» (1915), «Die Dicke Berta» (1915), «Anna, die Perle» (1916), «Jung Muss Man Sein» (1916), «Vom Regen in die Traufe» (1917), «Die linkische Anna» (1917), «Anna, die Unschuld» (1918), «Anna verlobt sich» (1918), «Proppen und Pröppchen» (1918), «Anna mit’n Flimmerfimmel» (1919), «Margots Freier» (1919),…
 Durant cette décennie, elle aborde également le monde de la production avec la création de la compagnie Anna Müller-Lincke Film.

Au début des années 20, sa filmographie s’enrichit encore de quelques titres, comme «Ihr tollster trick» (1920) ou encore «Flachsmann als Erzieher» (1921).
 Par la suite, elle tourne beaucoup moins durant quelques années et elle accorde alors sa préférence à la scène.

A partir de 1928, on recommence à la voir régulièrement dans les salles obscures mais plus personne n’a l’idée d’en faire à nouveau la figure centrale des films qu’on lui propose et elle tient désormais, jusqu’à son décès en 1935, des rôles plus secondaires.

On peut alors la voir dans, notamment, «Gaunerliebchen» (1928), «Die grosse Sehnsucht» (1930), «Die Faschingsfee» (1931), «Hitlerjunge Quex» (1933), «Zwischen zwei Herzen» (1934),…

Marlène Pilaete