X

Gloria TALBOTT (1931 / 2000)

Gloria Talbott

icone

Gloria Talbott (née à Glendale, Etats-Unis) apparaît au cinéma comme figurante à quelques reprises durant son enfance et son adolescence.
 En 1947, elle est élue Miss Glendale et, en 1951, elle fait ses débuts à la télévision. C’est d’ailleurs au petit écran qu’elle consacrera l’essentiel de sa carrière, avec des participations à des dizaines de séries, parmi lesquelles on peut citer, entre autres, «The Cisco Kid», «Zorro», «Bonanza», «Au nom de la loi», «Les incorruptibles», «Gunsmoke», «Perry Mason»,…

Néanmoins, son passage au Septième Art n’est pas inintéressant.
 Dès 1952, on la revoit dans les salles obscures et, en 1955, elle a l’opportunité de se faire remarquer en incarnant la fille de Joan Bennett dans «We’re No Angels» (1955) et celle de Jane Wyman dans «All That Heaven Allows».

Les amateurs se rappellent particulièrement d’elle dans quatre films d’horreur et de science-fiction de série B.
 Dans «The Cyclops» (1957), elle a l’horrible surprise de retrouver son petit ami, porté disparu dans la jungle sud-américaine, sous les traits d’un géant mutant à l’œil unique, et dans «Daughter of Dr. Jekyll» (1957), elle apprend, à son grand désarroi, qu’elle est la fille du tristement célèbre savant. Elle n’a pas plus de chance avec «I Married a Monster from Outer Space» (1958) dans lequel elle découvre qu’elle a épousé sans le savoir un extra-terrestre malfaisant ayant pris les traits de son fiancé. Elle apparaît sous un jour plus antipathique dans «The Leech Woman» (1960) mais le sort qu’on lui réserve n’est guère enviable puisqu’elle finit victime d’une femme ayant besoin des sécrétions extraites de glandes pinéales humaines pour conserver sa jeunesse.

Cette vedette a également à son actif plusieurs westerns comme «The Young Guns» (1956), «The Oklahoman» (1957), «Cattle Empire» (1958), «The Oregon Trail» (1959) ou encore «Oklahoma Territory» (1960),….
 Le producteur Alfred Zugsmith la choisit en outre pour figurer parmi les pensionnaires d’une maison de correction pour délinquantes dans «Girl’s Town» (1959), dont le casting hétéroclite rassemble, entre autres, Mamie Van Doren, Paul Anka, Mel Tormé, les Platters ou encore Sheilah Graham.

Dès 1961, au grand écran, on ne la voit plus que dans deux westerns, «Arizona Raiders» (1965) et «An Eye for an Eye» (1966), mais elle reste bien active à la télévision.

Elle se retire en 1967 pour profiter de la vie de famille

Marlène Pilaete