X

Laura ALVES (1921 / 1986)

Laura Alves

icone

Laura Alves (née à Lisbonne, Portugal) débute sur les planches en 1935.
 Considérée comme une des plus grandes actrices de la scène portugaise du vingtième siècle, elle fait preuve de talents très variés, qui lui permettent d’aborder le théâtre, l’opérette et la revue avec un égal bonheur.

Cette versatilité explique qu’on peut retrouver à son répertoire des œuvres aussi diverses que «Trois valses» d’Oscar Straus, «La chatte sur un toit brûlant» de Tennessee Williams, «El baile» d’Edgar Neville ou encore «Fleur de cactus» de Barillet et Grédy.

Le cinéma s’intéresse aussi à elle.
 Elle débute à l’écran dans «O Pai Tirano» (1941) et est ensuite une des interprètes de «O Patio das Cantigas» (1942), dont l’affiche proclame fièrement à l’époque : "L’ensemble des grandes vedettes réunies dans un film portugais".
 Elle figure ensuite au générique de «O Leao da Estrela» (1947).

Dans les années 50, elle est la star de quatre comédies : «Sonhar é Facil» (1951), «Um marido Solteiro» (1952), «O Costa d’Africa» (1954) et «Perdeu-se um Marido» (1957).
 Elle tient son dernier grand rôle au Septième Art dans le drame «O Parque das Ilusoes» (1963).
 Il semble que, par la suite, elle ait encore fait une petite apparition dans «O Ladrao de Quem se Fala» (1969), une production destinée à mettre en valeur le populaire comédien Camilo de Oliveira.

Laura Alves se retire en 1982.

Deux ans plus tard, on procède à la démolition du Cinema-Teatro Monumental de Lisbonne, un évènement qui l’affecte beaucoup, l’actrice ayant fait durant de nombreuses années les beaux jours de cet établissement.

Marlène Pilaete