X

Mary SANTPERE (1913 / 1992)

Mary Santpere

icone

Mary Santpere (née à Barcelone, Espagne) débute à l’écran en 1938 dans «Paquete, el fotografo publico numero uno» de Ignacio F. Iquino, suivi par «Los cuatro robinsones» (1939) d’Eduard Garcia Marodo.
 Ces deux titres offrent déjà un aperçu de la suite de son parcours. En effet, l’actrice, dont le physique ne lui permet pas de jouer les jeunes premières ou les femmes fatales, s’oriente principalement vers le comique.

Dans la première moitié des années 40, elle retravaille avec Iquino, qui l’apprécie beaucoup et qu’elle retrouvera encore à plusieurs reprises par après, et tourne sous sa direction plusieurs films, parmi lesquels «Boda accidentada» (1942), «Fin de curso» (1943), «Un enredo de familia» (1943), «Ni probe, ni rico, sin todo lo contrero» (1944),…

Elle se montre ensuite toujours aussi drôle dans, par exemple, «Angela es asi» (1945), «Un ladron de guante blanco» (1945) ou encore «Boton de ancla» (1948), dans lequel elle forme avec Maria Isbert un amusant duo de sœurs au physique ingrat.

Après avoir été inactive au cinéma durant quelques années, elle y revient dès 1954 et on revoit la vedette régulièrement dans les salles obscures jusqu’au milieu des années 80.
 Figure majeure de la comédie espagnole de l’époque, elle est alors la star de films comme «Miss Cuplé» (1959), «Detective con foldas» (1962), «La mini tia» (1968) et «La viudita ye-ye» (1968).

De sa filmographie, on peut encore citer, entre autres, «Un heredero en apuros» (1955), «El defunto es un vivo» (1956), «Veraneo en Espana» (1956), «El Hincho» (1958), «La viudita naviera» (1961), «La batalla del dominguo» (1963), «Algunas lecciones de amor» (1966), «De Ricos Pordos a la ciudad» (1969), «La liga no es casa de hombres» (1972), «Bruja, mas que bruja» (1976), «Prestemela esta noche» (1977), «Patrimonio nacional» (1981), «Le llamaban JR» (1982), «JR contraataca» (1983), «Un, dos, tres… ensaïnades i res més» (1985),…
 Elle fait une de ses dernières apparitions au Septième Art dans «Makinavaja, el ultimo choriso» (1992), inspiré par un célèbre héros de bandes dessinées.

Durant sa carrière, Mary Santpere touche aussi à la scène, à la radio, à la télévision, au cirque et à la chanson, toujours avec le même brio.

Marlène Pilaete