X

Heidi STROH (1941)

Heidi Stroh

icone

Heidi Stroh (née à Iéna, Allemagne) fait une première petite apparition au cinéma dans un film allemand en 1960.
 Elle part ensuite en Italie où, après s’être produite sur scène, elle revient à l’écran dans des petits rôles en 1964 et incarne bientôt un des personnages féminins principaux de «Cadavere a spasso» (1965).

Néanmoins, c’est dans son pays natal qu’elle devient une vedette grâce à «Mahlzeiten» (1967).
 Par après, on la retrouve dans, notamment, «Neun Leben hat die Katze» (1968), «Helgalein» (1969), «Ohne Nachtsicht» (1972), «Der Stoff, aus dem die Traüme sind» (1972), «Mitgift» (1976) ou encore «Die Schönen Wilden von Ibiza» (1980), qui semble être sa dernière prestation cinématographique.

Elle est également bien présente au petit écran avec des téléfilms comme, entre autres, «Eine Ehe» (1968), «Der Fall Lena Christ» (1970), « F.M.D. Psychogramm eines Spielers » (1971), «Jetzt nicht, Liebling» (1972),…
 En France, on note sa présence dans la mini-série «Au plaisir de Dieu», d’après l’œuvre de Jean d’Ormesson, qui figure parmi les grands succès d’audience de l’année 1977 pour TF1.

Durant son parcours, Heidi Stroh se produit aussi au théâtre.

Elle travaille en outre dans le domaine de la chanson en donnant des concerts et en enregistrant plusieurs disques, parmi lesquels on peut citer, en 1985, «Keinen Helden, Keinen Hero», la version allemande du tube de Tina Turner, «We Don’t Need Another Hero».

Marlène Pilaete