X

Mary ANDERSON (1918 / 2014)

Mary Anderson

icone

Mary Anderson (née à Birmingham, Etats-Unis) arrive à Hollywood comme candidate au rôle de Scarlett O’Hara dans «Gone with the Wind» (1939) mais, si on la voit finalement dans cette superproduction, c’est sous les traits de Maybelle Merriwether, un personnage très secondaire.

On la remarque peu dans ses premiers films et elle doit attendre «Under Age» (1941) pour obtenir son premier rôle important, celui d’une jeune fille tombée avec sa grande sœur dans un réseau de racketteurs.
 Elle est ensuite, notamment, une des interprètes de deux épisodes de la série Henry Aldrich : «Henry Aldrich for President» (1941) et «Henry and Dizzy» (1942).

Sa carrière de vedette de cinéma prend définitivement son essor lorsqu’elle incarne l’infirmière Alice dans «Lifeboat» (1944) d’Alfred Hitchcock et Eleanor, la fille du président des Etats-Unis Woodrow Wilson, dans le biopic «Wilson» (1944).

Par la suite, elle figure parmi les protagonistes de, entre autres, «Within These Walls» (1945), «Behind Green Lights» (1946), «Hunt the Man Down» (1950), «Last of the Buccaneers» (1950), «Chicago Calling» (1951),…
 Elle tient en outre un de ses meilleurs rôles en jouant une reporter enquêtant sur un crime dans le thriller canadien «Whispering City» (1947) de Fedor Ozep.

Elle débute au petit écran en étant, en 1948, l’héroïne de «Rebecca», un épisode de la série «The Philco Television Playhouse», d’après le roman de Daphné du Maurier.
 Du début des années 50 au milieu des années 60, elle est beaucoup plus active à la télévision qu’au cinéma et on peut ainsi la voir dans «Perry Mason», «Climax !», «Peyton Place» ou encore «Daniel Boone».

Durant sa carrière, elle se produit aussi au théâtre et, dans ce domaine, on peut principalement citer sa création d’une manipulatrice névrosée dans la pièce «Guest in the House» à Broadway en 1942.

Marlène Pilaete