X

Virginia BELMONT (1921 / 2014)

Virginia Belmont

icone

Virginia Belmont (née à New York ou Boston, Etats-Unis) débute à l’écran en 1944 et, après quelques années de petites apparitions non-créditées, sort de l’anonymat en tenant les rôles féminins principaux de plusieurs westerns de série B comme «Prairie Express» (1947), «Oklahoma Blues» (1948), «Silent Conflict» (1948) ou encore «The Rangers Ride» (1948).
 Elle est en outre une des protagonistes du serial «Dangers of the Canadian Mounted» (1948), produit par la compagnie Republic.

A la fin des années 40, elle part pour l’Italie.
 Il n’y a pas lieu de s’en étonner si l’on précise que son mari, Albert Califano, est, comme le suggère son nom, d’origine italienne, et qu'elle s'exprime parfaitement dans la langue de Dante.

De 1949 à 1955, elle se retrouve vedette du cinéma transalpin et mène une carrière plus variée qu’aux U.S.A., où on la cantonnait dans un monde d’aventures dominées par des héros masculins.
 On la voit alors dans des mélodrames, des comédies ou encore des films en costume.

Elle est ainsi l’interprète de, entre autres, «Il bacio di una morte» (1949), «Vivere a sbafo» (1950), «I misteri di Venezia» (1951), «Licenza premio» (1951), «Bellezze in moto-scooter» (1952), «Ho pianto per te» (1954), «Il tiranno del Garda» (1955),…

Elle retourne ensuite dans son pays natal, où elle travaillera durant de longues années pour la compagnie aérienne «United Airlines».

Marlène Pilaete