X

Polly BERGEN (1930 / 2014)

Polly Bergen

icone

Après avoir été chanteuse à la radio et dans des orchestres, Polly Bergen (née à Knoxville, Etats-Unis) fait une première petite apparition à l’écran dans un western de la firme Monogram en 1949. Mais sa véritable carrière de vedette de cinéma commence en 1950.

Elle est d’abord employée par la Paramount, qui en fait la partenaire de Dean Martin et Jerry Lewis dans «At War With the Army» (1950), «That’s My Boy» (1951) et «The Stooge» (1952).
 Durant la même période, elle figure à nouveau au générique d’un western, «Warpath» (1951), produit par une petite compagnie spécialisée principalement dans ce genre.

A la M.G.M., on peut particulièrement relever sa présence dans le thriller «Cry of the Hunted» (1953) ou encore dans la comédie «Fast Company» (1953).

Dès 1954, elle délaisse le cinéma et on la voit alors beaucoup à la télévision.
 Elle reçoit alors par exemple un Emmy Award pour le téléfilm «The Helen Morgan Story» (1957), anime sa propre émission, «The Polly Bergen Show» (1957-1958), ou participe au jeu «To Tell the Truth» de 1956 à 1961.
 Elle enregistre aussi plusieurs disques de 1955 à 1963.

Elle fait son retour au Septième Art dans «Cape Fear» (1962), dans lequel elle doit faire face à un terrifiant Robert Mitchum qui cherche à se venger de son mari.
 Elle est ensuite l’interprète de «The Caretakers» (1963), «Move Over, Darling» (1963) et «Kisses for My President» (1964), qui la transforme en présidente des U.S.A. , au grand désarroi de son époux incarné par Fred MacMurray.

Par la suite, elle ne tourne plus, si l’on excepte une petite participation à «Guide for the Married Man» (1967), que sept films et un court-métrage pour le grand écran, de 1987 à 2012.

Par contre, elle reste bien présente à la T.V. et on peut ainsi la voir dans des épisodes de, entre autres, «La croisière s’amuse», «Arabesque», «Les sopranos», «Desperate Housewives»,…
 Elle retrouve en outre Robert Mitchum pour les mini-séries «The Winds of War» (1983) et «War and Remembrance» (1988-1989).

Après s’être éloignée de la chanson pendant une trentaine d’années à la suite de problèmes de voix causés sans doute par la cigarette, elle décide de s’y remettre et est alors notamment, en 1981, une des protagonistes à Broadway de la comédie musicale «Follies», qui lui vaut une nomination aux Tony Awards.

Au milieu des années 60, Polly Bergen ajoute une corde à son arc en fondant une firme spécialisée dans les cosmétiques, la Polly Bergen Co., revendue à Fabergé en 1973.

Marlène Pilaete