X

Cornell BORCHERS (1925 / 2014)

Cornell Borchers

icone

Cornell Borchers (née à Heydekrug, territoire de Memel, aujourd’hui Silute, Lituanie) débute à l’écran en Allemagne à la fin des années 40.
 Elle tient son premier grand rôle dans «Martina» (1949), dans lequel elle incarne une digne doctoresse dont la jeune sœur tombe sous la coupe d’un proxénète.

Devenue une star du cinéma allemand, elle est ensuite l’interprète de, entre autres, «Absender unbekannt» (1949), «Unvergangliches Licht» (1951), «Schwarze Augen» (1951), «Haus des Lebens» (1952), «Schüle für Eheglück» (1954), «Rot ist die Liebe» (1957),…

Elle mène également une carrière internationale, commencée avec une production de la firme américaine Twentieth Century Fox réalisée en Allemagne, «The Big Lift» (1950), avec Montgomery Clift.
 Elle tourne ensuite en Angleterre «The Divided Heart» (1954), qui lui vaut un BAFTA Award de la meilleure actrice étrangère, et partage la vedette féminine avec Michèle Morgan dans la co-production franco-allemande «Oasis/Oase» (1955).

On la voit en outre dans trois films hollywoodiens : «Never Say Goodbye» (1956) avec Rock Hudson, «Istanbul» (1957) avec Errol Flynn et «Flood Tide» (1958) avec George Nader.

Après «Arzt ohne gewissen (1959), elle se retire pour se consacrer à la vie de famille et donne deux enfants en 1961 et 1962 à son deuxième époux, le producteur et réalisateur Anton Schelkopf. Ils s’ajoutent à un fils né en 1953 de son premier mariage avec un citoyen britannique.

Marlène Pilaete