X

Sitara DEVI (1920 / 2014)

Sitara Devi

icone

Sitara Devi (née à Calcutta, Inde) commence sa carrière de danseuse alors qu’elle est encore une enfant et, à l’âge de onze ans, se produit devant le célèbre Rabindranath Tagore qui, quelques années plus tard, lui octroie le titre d’"impératrice de la danse".

A l’adolescence, elle débute à l’écran et obtient son premier rôle important dans «Al Hilal» (1935).
 Sa carrière de vedette de cinéma décolle et, jusqu’au début des années 50, elle est l’interprète de, entre autres, «Nazar Kashikar» (1936), «Begunah» (1937), «Watan» (1938), «Nadi Kinare» (1939), «Pooja» (1940), «Achhut» (1940), «Swami» (1941), «Najma» (1943), «Aabroo» (1943), «Chand» (1944), «Badi Maa» (1945), «Phool» (1945), «Amar Asha» (1947), «Lekh» (1949),…

En artiste curieuse et douée, elle n’hésite pas à diversifier ses chorégraphies.
 Elle exécute ainsi par exemple un numéro de style hawaiien dans le grand succès commercial «Roti» (1942) et incorpore du ballet classique dans «Hulchul» (1951).

Après avoir encore prouvé ses dons dans «Anjali» (1957) et «Mother India» (1957), elle délaisse le Septième Art afin de consacrer toute son énergie à son art de prédilection.
 Elle s’impose comme figure incontournable du kathak, une forme de danse traditionnelle du Nord de l’Inde, et sa réputation est telle qu’elle donne même des récitals à Londres en 1967 et au Carnegie Hall de New York en 1976.

En reconnaissance de son travail, le gouvernement indien lui décerne en 1973 une Padma Shri, qui occupe la quatrième position dans la hiérarchie des plus hautes récompenses de la République.

En 2002, lorsqu’on envisage de lui octroyer une médaille un cran plus importante, une Padma Bushan, cette femme au caractère bien trempé refuse tout net, estimant que, avec la carrière qui est la sienne, elle mérite une Bharat Ratna, la décoration civile la plus prestigieuse de son pays.

Elle ne voit par contre aucune raison de refuser un prix attribué pour l’ensemble de son œuvre par l’association «Legends of India» en 2011.

Marlène Pilaete