X

Lorella De LUCA (1940 / 2014)

Lorella De Luca

icone

Lorella De Luca (née à Florence, Italie) débute à l’écran en incarnant la fille de Broderick Crawford dans «Il bidone» (1955) de Federico Fellini et devient une star grâce à «Poveri ma belli» (1956)de Dino Risi.
 Le succès de ce dernier film est tel qu’on lui donne deux suites, «Belle ma povere» (1957) et «Poveri millionari» (1959), dans lesquelles la jeune actrice reprend son personnage.

De sa filmographie, on peut encore extraire, notamment, «Padri e figli» (1957), «Gente felice» (1957), «Domenica è sempre domenica» (1958), «Napoli, sole mio» (1958), «Costa azzura» (1959), «Primo amore» (1959), «Caccia al marito» (1960), «Belleze sulla spiaggia» (1961), «Taras Bulba, il cosacco» (1962),…

Elle tourne aussi «El hombre del paraguas blanco» (1958) en Espagne et se retrouve vedette du film grec «Apolytrosis» (1961), dans lequel elle joue la petite amie d’un médecin idéaliste.

Elle est en outre une des animatrices du populaire jeu musical télévisé «Il musichiere» en 1958.

Au milieu des années 60, elle est, sous le nom de Hally Hammond, la partenaire de Giuliano Gemma dans deux westerns-spaghetti, «Una pistola per Ringo» (1965) et «Il ritorno de Ringo» (1965), tous deux de Duccio Tessari, qu’elle va épouser et à qui elle donnera deux filles.

En 1966, Tessari lui fait retrouver Giuliano Gemma dans «Kiss Kiss Bang Bang», une parodie des films d’espionnage du style James Bond. C’est là sa dernière interprétation importante.

En effet, par la suite, elle ne tient plus que quelques rôles secondaires jusqu’à la fin des années 70 dans des productions mises en scène par son mari. Elle travaille également aux côtés de celui-ci comme assistante-réalisatrice à quelques reprises.

Elle fait une ultime apparition au cinéma dans «Bonus Malus» (1993) de Vito Zagarrio.

Marlène Pilaete