X

SABAH (1927 / 2014)

Sabah

icone

Après avoir débuté comme chanteuse dans son pays natal, Sabah (née à Bdadoun , Liban) devient une star de cinéma en Egypte au milieu des années 40.
 Elle tourne régulièrement jusqu’au début des années 70 et, outre son travail intense dans les studios égyptiens, elle est aussi la protagoniste de plusieurs productions libanaises.

Parmi ses films, on peut citer, entre autres, «El-qalb louh wahid» (1945), «Bint el shark» (1946), «Express el hub» (1946), «Sabah el kheir» (1947), «Al layl lanâ» (1949), «Sibuni ayhani» (1959), «Khadaini abi» (1951), «Zalamuni el habaieb» (1953), «Khatafa mirati» (1954), «Doumou fil lail» (1955), «Izhay ansak» (1956), «Nehayet hub» (1957), «Eghraa» (1957), «Salem al habaieb» (1958), «El Ataba el khadra» (1959), «El robat el mukadass» (1960), «Tariq al doumou» (1961), «Al layali al dafi’ah» (1962), «El aydi el naema» (1963), «Fatinat al jamahir» (1964), «Al siba wa al jamal» (1965), «Mawal al akdam al zahabiya» (1966), «Essabet el nissae» (1968), «Thalath nisa» (1969), «Nar al chawq» (1970), «Rilhat el saada» (1972), «Guitar el hob» (1973),…

Après 1973, sa filmographie est très réduite.
 Citons encore toutefois «Laila baka feha al qamar» (1979), dans lequel elle incarne une célèbre chanteuse qui épouse un homme plus jeune qu’elle, qui finit par la tromper.

Dans la seconde partie de sa carrière, Sabah, qui jouit du statut d’artiste-culte au Liban, se recentre sur la chanson.
 Disques, récitals et apparitions télévisées rythment alors son parcours professionnel dans son pays natal.

Elle est en outre bien connue pour sa vie amoureuse très mouvementée, qui comporte un nombre impressionnant de mariages, et pour son goût pour la chirurgie esthétique.
 Il faut dire d’ailleurs qu’on a un peu de mal à reconnaître la Sabah des années 40 dans l’extravagante diva blonde et liftée qu’elle finit par devenir.
 Mais qu’importe après tout, la vedette n’en a cure, se moque du qu’en-dira-t-on et continue de mener son existence comme elle l’entend.

Les toutes dernières années de sa vie seront malheureusement marquées par des ennuis de santé qui commenceront à l’éloigner du monde du spectacle aux alentours de 2010.

Marlène Pilaete