X

Billie WHITELAW (1932 / 2014)

Billie Whitelaw

icone

Billie Whitelaw (née à Coventry, Grande-Bretagne) débute au cinéma en 1953 mais doit attendre «Hell Is a City» (1960), qui lui vaut une nomination au BAFTA Award de la personnalité la plus prometteuse, pour que sa carrière de vedette du Septième Art décolle.
 Quelques années plus tard, elle reçoit un BAFTA Award du meilleur second rôle pour «Charlie Bubbles» (1967) et «Twisted Nerve» (1968).

Parmi ses autres films, on peut citer, entre autres, «Payroll» (1961), «The Devil's Agent» (1962), «The Comedy Man» (1963), «The Adding Machine» (1969), «Leo the Last» (1970), «Gumshoe» (1971), «Frenzy» (1972) d'Alfred Hitchcock, «Night Watch» (1973), «The Omen» (1976), dans lequel elle interprète Mrs.Baylock, la gouvernante du démoniaque petit Damien,…

Après avoir atteint le cap des cinquante ans, elle est l'interprète de, par exemple, «An Unsuitable Job for a Woman» (1982), «Slayground» (1983), «Murder Elite» (1985), «Maurice» (1987), «The Dressmaker» (1988), «The Krays» (1990), «Jane Eyre» (1996) ou encore «Hot Fuzz» (2007), qui clôt sa filmographie.

Le petit écran réserve aussi de bonnes opportunités à Billie Whitelaw de se faire remarquer. On lui décerne d'ailleurs des BAFTA Awards de la meilleure actrice de télévision en 1961 et en 1973.

Mentionnons sa présence dans des séries et des téléfilms comme «Dixon of Dock Green» (1955), «Time Out for Peggy» (1958 - 1959), «The Strange Case of Dr. Jekyll and Mr. Hyde» (1968), «Poet Game» (1972), «The Sextet» (1972), «Napoleon and Love» (1974), «Jamaica Inn» (1983), «A Murder of Quality» (1991), «Born to Run» (1997), «Shooting the Past» (1999),…

Pour terminer, on se doit bien sûr d'évoquer son brillant parcours théâtral, notamment sa collaboration avec Samuel Beckett, qui la considère comme une actrice parfaite. Elle aborde son univers en jouant «Play» en 1964.
 Par la suite, d'autres pièces de cet auteur («Not I», «Footfalls», «Happy Days», «Rockaby», «Enough» et «Eh Joe») figurent à son palmarès.

Mais, elle ne se limite pas à Beckett comme le montre sa présence dans des oeuvres aussi diverses que «Hotel Paradiso» de Feydeau en 1954 et 1956, «Othello» de Shakespeare en 1964, «Trelawny of the Wells» de Pinero en 1965, «Alphabetical Order» de Michael Frayn en 1975, «Passion Play» de Peter Nichols en 1981, «Tinsel Town, Tales from Hollywood» de Christopher Hampton en 1983 ou «Who's Afraid of Virginia Woolf» d'Edward Albee en 1986.

Marlène Pilaete