X

Nina KOSHETZ (1891 ? 1894 ? / 1965)

Nina Koshetz

icone

Fille de Pavel Koshetz, ténor au Bolchoï, Nina Koshetz (née à Kiev, Ukraine) étudie d’abord le piano avant de se diriger vers l’art lyrique.
 Dans les années 10, elle est une cantatrice renommée en Russie et interprète, entre autres, «Eugène Onéguine» et «La dame de pique» de Tchaïkovsky, «Tosca» de Puccini, «Le prince Igor» de Borodine, «Don Giovanni» de Mozart, «Pagliacci» de Leoncavallo, «Otello» de Verdi, «La fiancée du Tsar» de Rimski-Korsakov, etc.

Dans ses jeunes années, la chanteuse fait aussi preuve d’un fort tempérament dans sa vie privée et il semble en effet qu’on puisse lui prêter des liaisons avec, excusez du peu, Rachmaninov et Prokofiev.

Elle quitte la Russie suite aux soubresauts provoqués par la Révolution et se retrouve, au début des années 20, aux Etats-Unis, où elle finira d’ailleurs par se faire naturaliser.
 Elle y crée en 1921, à l’Opéra de Chicago, le personnage de Fata Morgana dans «L’amour des trois oranges» de Prokofiev.
Durant cette décennie, elle se produit également en Amérique du Sud et en Europe (par exemple en France dans «Boris Godounov» de Moussorgski en 1925 et «Sadko» de Rimski-Korsakov en 1927).

A l’écran, Nina Koshetz incarne d’abord en Allemagne la comtesse Vorontzoff dans «Casanova» (1927) et l’insupportable épouse de Nicolas Koline dans «Geheimnisse des Orients» (1928).

Par la suite, de 1934 à 1956, elle tient encore des petits et seconds rôles dans sept productions américaines.
On peut par exemple relever «Casbah» (1938), remake de «Pépé le Moko», dans lequel elle reprend le personnage joué par Fréhel dans la version originale, ou encore le curieux film de série B «It’s a Small World» (1950), qui la transforme en chef d’une bande de pickpockets apprenant à voler à un nain.
 Elle double en outre Elissa Landi pour les scènes chantées de «Enter Madame !» (1935).

En plus de ses apparitions cinématographiques, Nina Koshetz, qui finira par devenir une dame à la silhouette imposante et au poids dépassant très largement les cent kilos, donnera notamment des leçons de chant à des actrices hollywoodiennes, parmi lesquelles on peut citer Ann Blyth.

Marlène Pilaete